Poissons à la ligne courbe et souple, nageant dans des eaux multicolores. Drôles de poissons aux yeux protubérants, à la bouche large et aux nageoires filandreuses. Poissons peints à larges traits, en rouge, vert, bleu intense. Nageant au milieu d’algues sinueuses. Les peintures de Josh Smith, à voir à la Galerie Xavier Hufkens, sont à la fois étranges et belles.

C’est le travail d’un peintre qui dit : « C’est un privilège d’employer toutes ces couleurs. » C’est le travail d’un artiste qui aime produire des motifs, qui s’en fiche complètement de l’art conceptuel ou abstrait. Ne dit-il pas : « La peinture abstraite a tellement de succès aux Etats-Unis. Trop de succès » ? Josh Smith est né en 1976 à Okinawa au Japon. Il a grandi dans le Tennessee et vit et travaille à New York. Son travail englobe la peinture, le dessin, l’impression, la sculpture, le livre d’artiste. Smith aime à décliner un motif en série, ce principe de répétition et variation lui venant sans doute de sa formation de graveur.

La série présentée aujourd’hui ne comprend que des poissons. Pourquoi des poissons ? « Je voulais un poisson sur mon mur. Pour moi, le poisson est un symbole de vie, expliquait l’artiste lors du talk organisé le 21 avril à la galerie. Tous les sujets sont jolis. Il n’y a pas de portes closes. J’aime aussi les erreurs, l’aspect vilain. Avancer d’erreur en erreur, c’est intéressant. Mais je comprends que les gens n’aiment pas ces peintures. Ca ne me dérange pas. J’aime beaucoup aussi expérimenter la réaction des couleurs entre elles. »

« Je nage par-ci, par-là, ajoutait Smith, parfois je suis un peu fou, mais je continue à nager!  » Pour Smith, être un artiste, c’est être un exhibitionniste. Cela fait 20 ans qu’il l’est. « Un artiste contemporain est un performer. Et quelle agréable manière de passer le temps ! » A propos de la créativité : « C’est un truc collectif, c’est entre moi, les amoureux de l’art, les galeries, les collectionneurs. C’est un truc partagé. » 

Dans ces toiles aux couleurs intenses, aux traits forts, aux combinaisons audacieuses, violentes, on sent un hommage à la fois aux fauvistes et aux expressionnistes. « Expressive line is back! », dit Smith. On sent aussi l’implication émotionnelle et psychologique de l’artiste, tant dans le choix des motifs que dans le rendu, et dans le choix de faire de la peinture. Alors, on aime ou on n’aime pas, toujours est-il que les toiles de l’Américain sont vibrantes, irradiantes, à la fois joyeuses et dérangeantes. Y’a de la joie !

Josh Smith
Galerie Xavier Hufkens
6 rue Saint-Georges
1050 Bruxelles
Jusqu’au 28 mai
Du mardi au dimanche de 11h à 18h
www.xavierhufkens.com

josh-smith-hufkens-1

Josh Smith, Galerie Xavier Hufkens, courtesy l’artiste et Galerie Xavier Hufkens

josh-smith-hufkens-3

Josh Smith, Galerie Xavier Hufkens, courtesy l’artiste et Galerie Xavier Hufkens

josh-smith-hufkens-4

Josh Smith, Galerie Xavier Hufkens, courtesy l’artiste et Galerie Xavier Hufkens

josh-smith-hufkens-2

Josh Smith, Galerie Xavier Hufkens, courtesy l’artiste et Galerie Xavier Hufkens

A propos de l'auteur

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef et journaliste
"On écrit bien sur ce qu’on aime. J’aime admirer des œuvres. Chaque artiste ouvre sur notre humanité, notre universalité. Cela me touche à chaque fois. Plus j'en découvre, plus mon appétit pour l’art augmente et mon oeil s'exerce ... Plus je ressens l'art, plus je comprends l’humain."
Muriel de Crayencour est journaliste et plasticienne. Elle a rédigé des chroniques, critiques et reportages sur les arts visuels durant 5 ans dans L'Echo. Elle est journaliste culture pour M... Belgique Elle a créé le magazine Mu in the City en janvier 2014.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.