Homme en costume dans les dunes de Blankenberge portant un tripode, diapositive sur verre faisant partie du lot 241 (comprenant 138 pièces, estimation 300-600 euros). Collection de Smet, vente du 29-30 avril chez Romantic Agony – www.romanticagony.com

Des vues de la mer du Nord à Blankenberge au temps de la Belle Epoque, des images de Folkestone où des milliers de Belges trouvèrent refuge lors de la Première Guerre mondiale, des vues de la guerre des Boers en Afrique du Sud, des portraits de type ethnique à Java, aux îles Fidji, en Nouvelle-Calédonie, en Afrique et en Asie, des clichés de Paris, de Berlin, du temple de Petra ou de Saint-Pierre à Rome sans oublier une quantité impressionnante de reproductions d’œuvres d’art aux côtés de scènes plus privées, un bébé dans un couffin, un couple endimanché, un repas en plein air, un chien sans son maître…

Ce sont au total près de 12.000 pièces – diapositives et négatifs sur verre – ayant appartenu à un certain Frédéric de Smet (1876-1948) qui seront mises à l’encan chez Romantic Agony à la fin du mois d’avril. Auteur, critique d’art et artiste gantois très actif dans les cercles artistiques de sa ville, il utilisait sans doute ces diapositives pour illustrer ses conférences. Une partie d’entre elles – environ 2000 pièces – représentent en effet des œuvres d’art ou des monuments célèbres. Même son vieux projecteur Molteni sera proposé au plus offrant, avec une estimation de 100-200 euros (lot 262).

Frédéric de Smet est originaire d’une famille de la bourgeoisie industrielle gantoise. Sa collection esquisse donc aussi la vie quotidienne et les occupations de cette bourgeoisie, y compris sa propre famille. On y trouve des portraits de la famille élargie et de connaissances sans grande précision puisque les identifications sont peu ou prou absentes, aucune étude n’ayant été réalisée à ce jour. Les légendes reprennent uniquement les notes manuscrites portées sur les dias ainsi que sur les étiquettes des classeurs.

Les voyages constituent la part belle de cette manne. L’homme, membre actif de l’Association belge de photographie entre 1901 et 1905, était manifestement un infatigable voyageur, ramenant de ses périples quantité de photos. Toutes ne sont sans doute pas les siennes (la paternité exacte de ces clichés n’a pas été établie scientifiquement). Ceci n’enlève pourtant rien à la valeur documentaire et artistique de cette collection dans la mesure où nombre des clichés originaux sont perdus. Cet ensemble documente de manière unique l’esprit de l’époque ainsi que les intérêts artistiques et intellectuels de Frédéric de Smet. Il est tentant de penser que grâce à ces milliers d’images, l’homme a essayé de mettre en lumière cette période cruciale de l’histoire entre 1900 et la Seconde Guerre mondiale et de l’introduire dans les foyers gantois. Aujourd’hui, ce sont une quarantaine de lots composés de classeurs en bois renfermant des dias et négatifs sur verre – classés selon les thèmes définis par le photographe – qui pourront éclairer notre époque sur celle d’il y a environ un siècle.

collection-de-Smet-lot-242

Homme en costume portant un tripode, diapo sur verre, collection de Smet, Romantic Agony

A propos de l'auteur

Laure Eggericx

Chroniqueuse et journaliste"Historienne de l’art et plasticienne, j’alterne depuis des années la plume et le pinceau pour assouvir et communiquer ma passion de l’art, du patrimoine et de l’architecture. Journaliste pour différents quotidiens (Le Soir, La Libre ...) et magazines (Villas, Les Nouvelles du Patrimoine...), j’ai collaboré à de nombreux ouvrages et expositions concernant aussi bien artistes et artisans qu’architectes contemporains, sites historiques ou balades touristiques. Le marché de l’art est la plus récente corde à mon violon."Laure Eggericx est licenciée en histoire de l’art et archéologie (ULB), graduée en architecture d’intérieur (Saint-Luc-Essai) et diplômée en recherches graphiques et picturales (Académie JJ Gaillard).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.