Lancé il y a trois ans par un collectif d’étudiants de La Cambre, Friche ne cesse de grandir : après une première véritable édition en 2014 dans une résidence abandonnée au Dieweg, le collectif investit l’an passé le bâtiment LaVallée pour une résidence, et le projet fait son chemin, tant auprès du public que des autorités. Les artistes de Friche axent leur réflexion sur le devenir des lieux devenus obsolètes et insistent sur la dimension collective de leur travail, alternative revendiquée dans un monde artistique au parcours largement codifié. 

Que dire de l’espace proposé cette année, les anciens locaux du label Pias, soit près de 3000 m² laissés entièrement à la disposition du collectif dans l’attente d’une réaffectation future ? Une maison, un hangar, des bureaux : les pièces sombres succèdent aux couloirs lumineux, les étages s’enchaînent et font de cette Friche une édition aux multiples échelles. Une opportunité certaine, un challenge assurément. Devant le défi qui s’impose aux yeux du noyau dur de Friche, un appel à projets est lancé : le collectif reçoit plus de 150 réponses, preuve s’il en faut de la pérennité et de la crédibilité acquise par le projet au gré des éditions. Ce sera finalement une bonne quarantaine d’artistes qui s’installeront pour une résidence de trois semaines à l’aube du printemps. Les grands traits sont esquissés, reste aux artistes à déterminer l’œuvre. Rencontres et collaborations s’organisent : insignifiantes ou fondatrices, ces interactions artistiques se chargent d’imprimer les variations au projet initial.

D’autres œuvres s’inspirent du fil de petites histoires : une souche d’arbre qui ne tient qu’à une poignée de racines, des ballons d’enfants qui se perdent sur les toits, ce capharnaüm dans la cour dont la porte se refuse au groupe et qui, après capitulation, entraîne une tentative de mise en ordre par Léa Belooussovitch, ou cette bâche peinte au gré des bruits ambiants par Alix Hammond-Merchant. Il serait périlleux d’extraire un artiste se dégageant de l’ensemble, la démarche se voulant collective, pluridisciplinaire… et expérimentale. Gageons que chacun se délectera de ce qui sied à ses goûts et attentes : petites pièces intimistes, cour intérieure et hangars monumentaux regorgent de pépites qui ne demandent qu’à être débusquées.

C’est chaque année la même histoire : la mi-avril passée d’un souffle, le grand orchestre de l’art contemporain débarque à Bruxelles. Après un début de symphonie moderato, la cadence va crescendo pour une fin de concert à toute berzingue. Derrière les premiers solistes que constituent Art Brussels et Independent, chacun sa stratégie pour s’attirer les lauriers du public. Certains, fiers et sûrs de leur talent, n’hésitent pas à jouer plus haut que la symphonie pour s’accaparer l’attention des oreilles profanes. A côté du concours des egos, d’autres s’imposent sans crier gare en se concentrant sur l’exécution de leur partition. Avec peu de moyens mais une bonne dose de débrouillardise, de fraîcheur et de sincérité, Friche rejoint sans faire de bruit le rang des tuttistes besogneux, et se pose en alternative crédible. On aime !

Friche 2016
100 rue Veeweyde 
1070 Anderlecht
Les 23 et 24 avril
Accessible en semaine sur demande
www.friche.be

Friche2016-Vue Exposition 4

Léa Belooussovitch, An attempt to bring order, plots de signalement, objets, lumière, Friche 2016

Friche2016 Vue Exposition 12

Geoffroy Mottart, Soulèvement, art végétal, Friche 2016

Friche2016 - Vue Exposition 3

Vue d’exposition de Friche 2016 avec les œuvres de Gauthier Mentré, Alix Hammond-Merchant et Arthur Delhaye

Friche2016 Vue Exposition

Friche 2016, vue d’exposition, au sol : Tino Di Santolo, au mur : Tatiana Defraine

Friche 2016 - VueExposition1

Gautier Mentre, sans-titre, pierre, caoutchouc , talc, métal, 2016 (au sol), Alix Hammond-Merchant, ON AIR, feutre indélébile, bâche, 2016 (à droite)

Friche 2016

Friche 2016 – Vernissage

Work by LeslieMartinelli and Julien Cohen

Friche 2016, vue de l’exposition, installation de Leslie Martinelli et Julien Cohen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.