La semaine du 20 avril promet d’être passionnante. Alors que l’incontournable Art Brussels souffle 34 bougies, la scène belge s’enrichit d’une nouvelle foire. Loin de ses terres, avec déjà une solide expérience de sept ans à New York, largement plébiscitée, Independent vient accroître la profusion d’offres bruxelloises et inaugurer le marathon artistique qui se tient chaque année en avril. Nous avons rencontré Liv Vaisberg et Olivier Pesret, le duo qui tient les rênes de cette édition inaugurale. Une grande bouffée d’art nous attend.

On adore leur dynamisme, la simplicité, le côté amical et engagé de ces deux personnalités alliées dans une réflexion de fond. Ils reçoivent dans une atmosphère détendue et un discours imprégné de fraîcheur. Liv Vaisberg (1981) est la fondatrice de la foire belge Poppositions. C’est aussi elle qui a lancé Charleroi Adventure, sorte de safari urbain montrant les facettes les plus intéressantes de la région carolo. Olivier Pesret a dirigé des galeries en Europe et en Amérique latine (notamment Gonzalez y Gonzalez à Santiago du Chili) et fait un MBA spécialisé dans les nouveaux modèles de foires. En recherche dans la forme et le contenu, à l’écoute d’une création en évolution, ils ne négligent ni les galeristes ni les envies du public.

Comment sélectionnez-vous les galeries participant à votre foire ?

Liv Vaisberg.– Les fondateurs faisaient partie du comité de sélection d’Artissima, la foire turinoise. C’est à partir de cette rencontre qu’ils décident de créer une plateforme new-yorkaise qui serve les galeristes et les artistes, tout en évitant la lourdeur du comité de sélection et des dossiers de candidature. Les choix sont faits à travers des contacts directs, des dialogues et des « conversations » sur les propositions et les projets soumis. Nous recherchons une certaine unité dans la manière de fonctionner, dans la mentalité de nos exposants. Notre préférence va aux galeries qui ont une même vision, qui ont les mêmes mindsets, terme utilisé à New York.

Olivier Pesret.– Nous avons l’empathie et l’expérience nécessaires pour comprendre les galeristes et leurs problématiques. Nous nous adressons à un large panel d’exposants, autant à des galeries extrêmement établies qu’à des galeries en milieu de parcours ou à des organisations à but non lucratif. Au sein de la foire, aucune distinction n’est faite. Une jeune galerie peut côtoyer une galerie de renom. L’important est que leurs projets aillent bien ensemble.

Independent Brussels est ouverte à une soixantaine d’exposants, c’est un nombre restreint ?

Liv Vaisberg.– Independent doit être une foire agréable où on aime déambuler. Nous voulons éviter l’effet supermarché, l’alignement de cubes blancs et préserver une ambiance avenante.

Olivier Pesret.– Une expérience artistique plutôt qu’un shopping. Le but n’est pas de vendre du mètre carré. Le format se veut différent et nous avons l’intention de rester une petite structure. Pas question de grandir. Nous privilégions des projets qualitatifs et préférons limiter le nombre de participants. Independent instaure un système de rotation où chaque année un tiers des exposants participe pour la première fois. Par ailleurs, un salon de dimensions restreintes permet d’investir des bâtiments intéressants, historiques, pas de grands halls d’exposition.

A Bruxelles, Independent se tiendra dans les magasins Vanderborght. Sur six niveaux, avec une dizaine de participants par étage. La disposition oblige parfois de passer par une galerie pour accéder au stand suivant. L’architecture doit servir les exposants et séduire le visiteur. L’implantation de chaque édition est soigneusement étudiée et discutée avec les participants. Certains partagent un même espace, les projets collaboratifs sont favorisés, toujours dans un souci de qualité. Ici, à Bruxelles, l’atrium permet au visiteur d’avoir d’emblée une vue d’ensemble de ce qu’il va voir. L’accès à la foire est gratuit et ouvert à tous. Fluidité et qualité, indépendance et approche démocratique. Voilà le concept marqué !

Pourquoi avoir choisi Bruxelles en Europe ?

Olivier Pesret.– On cherchait à s’implanter dans une ville où Independent est susceptible d’avoir un impact. Bruxelles est un vivier en pleine mutation, une base très riche avec des artistes qui s’y installent, un afflux de nouvelles galeries et de collectionneurs. Nous souhaitons faire connaître cette ville à l’étranger et drainer en même temps collectionneurs et galeries vers la Belgique.

Vous occupez aussi un espace permanent rue de la Régence ?

Olivier Pesret.– Independent n’est pas seulement une foire. C’est également un espace de 400 m² ouvert en permanence aux galeristes. Nous envisageons de mettre en avant leur travail à d’autres moments de l’année avec des slow fairs, c’est-à-dire des expositions qui durent six semaines. Une plateforme et un soutien pour des galeries qui désirent exposer des artistes non représentés en Belgique. Nous les soutenons dans leurs tentatives prospectives en apportant une infrastructure, une visibilité et un accompagnement que, seules, elles ne pourraient obtenir. C’est une opportunité de venir sonder la place bruxelloise sans trop prendre de risques, une terre vierge pour des artistes non représentés. En 2015, nous avons déjà organisé deux expositions, dont une avec la galerie londonienne The Approach qui montrait John Stezaker.  Du 19 avril au 28 mai, nous présentons un projet de la galerie Nature morte basée à New Delhi.

Independent Brussels, voilà un concept séduisant qui a quatre jours pour faire ses preuves à Bruxelles, déjà étiquetée carrefour pour l’art contemporain. Une foire professionnelle mais légère, dense mais digeste, qui se veut originale et réjouissante car menée à contre-courant des habitudes, plus près du public. Parions que ce premier rendez-vous sera un évènement de poids et 2016 un millésime sur la planète art.

Independent Brussels
Magasins Vanderborght
50 rue de l’Ecuyer
1000 Bruxelles
Du 20 au 23 avril 2016
Vernissage mercredi 20 de 18 à 20h
Jeudi de 14h à 19h, vendredi et samedi de 12h à 19h
http://independenthq.com/2016/

Independent Régence
67, rue de la Régence
1000 Bruxelles

Liv Vaisberg et Olivier Pesret, co-directeurs de Independent Brussels

Liv Vaisberg et Olivier Pesret, codirecteurs d’Independent Brussels, photo Miko Miko Studio

Bâtiment Vanderborght, Courtesy of Independent Brussels

Bâtiment Vanderborght, Courtesy of Independent Brussels

Bâtiment Vanderborght, Courtesy of Independent Brussels

Bâtiment Vanderborght, Courtesy of Independent Brussels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.