Le musée BELvue vit au ralenti en ces premiers mois de 2016, poursuivant discrètement la refonte complète de son exposition permanente qui sera présentée le 21 juillet 2016. Cette mue forcée par des impératifs de modernisation bien compréhensibles n’empêche pas la poursuite de ses activités. Le BELvue propose jusqu’au 14 avril Complètement timbré, l’avant-dernière exposition pop-up conçue par le Musée de l’Afrique centrale de Tervuren durant sa transformation.

« Le concept de pop-up museum n’est pas neuf, explique Mathilde Grimaldi, commissaire de l’exposition. Le musée d’art moderne de San Francisco avait déjà proposé ce concept à l’occasion de sa fermeture. » Ces pop-ups permettent au Musée de l’Afrique centrale de rester présent sur la scène artistique internationale malgré sa mise au repos forcée. Leur conception ne s’improvise pas à la petite semaine, elle dépend du type d’œuvres et du contexte d’exposition. Ici, les pop-ups ont été conçus pour montrer les multiples possibilités offertes par l’étendue des collections du musée.

Reliques d’une époque révolue

L’enjeu crucial de Complètement timbré est de présenter des œuvres d’échelles différentes, de fines gravures côtoyant des pièces beaucoup plus grandes. Cette difficulté est accrue pour les timbres, dont la destination première n’est pas d’être exposés au public… « Il apparaissait important, dans la conception de la scénographie, que les enjeux d’échelle ne détruisent pas la vision des œuvres », poursuit la commissaire. C’est pour cette raison que l’exposition a davantage sa place dans les trois salles du Musée BELvue qu’au Grand-Hornu, où s’était tenu Ce tant curieux musée du monde – autre pop-up du Musée de l’Afrique centralecet hiver.

Le peu d’espace a conduit Mathilde Leduc-Grimaldi à accomplir des choix drastiques dans les réserves du musée, pour ne garder que des pièces emblématiques du développement artistique belge du XXe siècle. Celles-ci sont complétées par des pièces issues de la Collection B-Post et de collections privées. Parmi elles, certaines pépites qui n’ont que rarement croisé le regard du quidam : les maquettes préparatoires du timbre conçu par Paul Delvaux, la correspondance d’Adrien de Gerlache ou encore cette statuette offerte aux vainqueurs des épreuves des Jeux olympiques de 1920 à Anvers, relique du seul événement olympique organisé sur notre territoire. Quand l’esthétique se combine au patriotique, c’est tout un pan de la Belgique de grand-papa qui s’offre à nos regards pressés.

La conception d’un timbre : une approche différente 

L’exposition nous permet d’appréhender le processus de création artistique précédant la sortie d’un timbre. De nombreux artistes se sont prêtés au jeu de la conception de produits philatéliques : Magritte, Alechinsky, Luc Tuymans, pour ne citer qu’eux. Un passage obligé vers la postérité et une approche différente du travail artistique classique. Luc Tuymans, habitué à de larges œuvres en couleurs, se voit ici contraint à travailler sur de plus petites surfaces, en noir et blanc qui plus est… Ce schéma différent n’empêche cependant pas des réflexes bien ancrés chez l’artiste : la division de son espace artistique ou encore les repentirs, comme ces grattages au rasoir observables sur les travaux préparatoires. Chassez le naturel…

Cet éclairage sur le processus artistique – enrichi de nombreuses observations et références historiques – ponctue une exposition de petite taille. Trop court pour justifier un déplacement à lui seul, ce pop-up atteint néanmoins son but. S’il vous arrive d’être en stand-by aux alentours de la Place des Palais, passez y faire un tour. Une fois la porte de droite laissée derrière vous, le temps glané en ces lieux éphémères ne sera pas perdu. 

Complètement timbré
Histoire et philatélie en Belgique
Musée BELvue
7 Place des Palais
1000 Bruxelles
Jusqu’au 10 avril
Du mardi au vendredi de 9h30 à 17h, samedi et dimanche de 10h à 18h
www.belvue.be

Timbre Masque kuba

Série dite Art indigène, 1948, masque Kuba, d’après une gouache de G. Cambron, à partir d’une pièce de la collection conservée au MRAC, essais de couleurs réalisés par l’Institut de gravure et d’impression de papiers-valeurs de Paris

Matrice timbre JO Anvers 1920

Matrice originale ayant servi à l’impression du timbre de 15 centimes Olympiade d’Anvers lors des Jeux olympiques d’Anvers en 1920

masque zoanthropomorphe luba

Série dite Art indigène,1948, masque zoo-anthropomorphe Luba, d’après une gouache de G. Cambron, à partir d’une pièce de la collection conservée au MRAC, Essai réalisé par l’Institut de gravure et d’impression de papiers-valeurs de Paris.

masque buffle Luba

Masque zoo-anthropomorphe, dit Masque buffle Luba, qui a servi de modèle au timbre ci-dessus, Shaba, RD Congo, récolté par le commandant O. Michaux en 1899

Essai en taille-douce pour le timbre « Élevage »

Essai en taille-douce pour le timbre Élevage, d’après un dessin de G. Leys, par Waterlow & Sons, Londres, 1925, avec surcharge Ruanda-Urundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.