Philippe Halsman CM, Jump series, Marilyn Monroe, 1959, tirage argentique d’époque, estimation 6-8.000 euros, lot 19, vente du 1er avril 2016 PBA à Paris –www.pba-auctions.com

Le 1er avril, la maison Pierre Bergé & Associés dispersera à Paris la collection Philippe Halsman (1906-1979) que Serge Aboukrat a constituée à partir des années 2000. L’ensemble réunit près de 400 photographies vintages de cet artiste américain né à Riga mais qui fit carrière à Paris puis à New York. Ingénieur de formation, il découvre la photo par hasard et c’est tout de suite une révélation. Arrivé à Paris en 1930, il travaille pour différents magazines et trouve rapidement sa voie parmi les grands de ce monde, devenant l’un des meilleurs photographes de portraits de célébrités. Plusieurs expositions lui seront consacrées aux côtés de Man Ray, André Kertész ou encore Brassaï. Lorsque la France est envahie, il émigre aux Etats-Unis et débute sa collaboration avec le magazine Life dont il signe plus d’une centaine de couvertures. On y voit les célébrités du moment : Grace Kelly, Churchill, Duke Ellington, Ingrid Bergman, Alfred Hitchkock ou Albert Einstein.

Ses photos sont reconnaissables entre toutes, Halsman a en effet inventé un genre nouveau, singulier et audacieux. Son ton est volontiers léger et optimiste, souvent mâtiné d’humour voire d’une note surréaliste ou absurde, comme dans son Autoportrait sur trépied où sa tête repose en équilibre sur un plateau qui semble susceptible de bouger… (lot 212, estimation 15-20.000 euros) ou dans ses clichés de Miss Australia de 1952, où la belle pose en compagnie de son kangourou en laisse (lots 148-150). A côté de ses mises en scène et ses jeux d’acteurs parfois sophistiqués, il n’hésite pas à faire quelques clins d’œil à l’art de son temps comme dans ses personnages immortalisés devant des boîtes de Campbell’s soup ou dans ses portraits surréalistes de Dali avec lequel il se lia d’amitié et produisit plusieurs séries et performances.

Sa veine sérieuse est sous-tendue par ce que l’artiste recherche au plus profond : l’âme, le naturel de son sujet. Pour y arriver, il invente avec Dali la Jumpology, cet art de photographier le sujet sautant dans les airs. Qu’il s’agisse de Brigitte Bardot, Nixon, Audrey Hepburn, Dali ou Fernandel, tous se sont prêtés au jeu, donnant au photographe l’occasion de fixer un instant essentiel, sans aucun artifice. Car, « lorsque vous demandez à quelqu’un de sauter, son attention est essentiellement portée sur l’action de sauter et le masque tombe, révélant sa vraie personnalité. » Le sujet est ainsi mis à nu, sa psyché dévoilée et l’art porté aux ultimes limites… du plafond !

Car Philippe Halsman ne se départira jamais de sa joie de vivre, ni de son côté joueur. Il s’amuse d’une nouvelle trouvaille, la photo interview qu’il pratique en connivence avec Fernandel, The Frenchman. Dans cette série (lots 175-183), on se délecte des traits changeants du visage de l’acteur dont les mimiques expriment les réponses aux questions que l’artiste lui pose tout en le photographiant. Le jeu, la séduction, l’interrogation mais surtout l’humain ne sont jamais loin dans ce travail qui débute à Paris dans les années 1930 pour se poursuivre à New York dès 1940 et embrasser l’homme dans toutes ses dimensions : en famille, sur scène, à la plage, dans des publicités, en représentation, pensif, amoureux ou au travail et avec une place toute particulière pour la femme et son icône Marilyn. « Elle savait courtiser l’objectif mieux que n’importe quelle autre actrice que j’ai photographiée », déclare Halsman qui contribua à sa promotion et lui offrira sa première couverture du magazine Life (en 1952, lot 53, estimation 3-5.000 euros). Celle-ci sera suivie par ses jumps à la fin des années 1950 (lots 18-20) et une dizaine d’années plus tard par une Marilyn en Mao pour Vogue à la demande de Dali.

Philippe Halsman CM, Jump series, Marilyn Monroe, 1959, tirage argentique d’époque, Pierre Bergé Associés, Paris

Philippe Halsman CM, Jump series, Marilyn Monroe, 1959, tirage argentique d’époque, Pierre Bergé Associés, Paris

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.