Tabouret cariatide Luba, R.D.C, ancienne collection Willy Mestach, estimation 20-25.000 euros, vente Art d’Afrique et d’Océanie, le 26 janvier 2016 chez Lempertz à Bruxelles – www.lempertz.com

Bouclier Sissano Lagoon de Papouasie-Nouvelle-Guinée, hache cérémonielle de Nouvelle Calédonie, masques Pende, Sepik ou Baule, reliquaire Kota (Gabon), figure Hemba, sceptre Tshokwe d’Angola, etc. figurent au sommaire de la vente d’arts premiers que Lempertz organise traditionnellement en début d’année à Bruxelles. De très belles pièces – dont quelques-unes proviennent de grandes collections (James Hooper, Cornelis Pieter Meuledijk ou le Bruxellois René Withofs) – seront proposées aux plus offrants.

Parmi celles-ci, on notera quelques pièces Luba dont les estimations démarrent à quelques centaines d’euros (pour une petite tête remplie de sa charge magique, lot 58, estimation 4-600 euros) pour culminer à plusieurs milliers d’euros avec un tabouret provenant de l’ancienne collection Mestach (lot 71). Cette pièce, typique des objets de prestige produits par ce peuple d’Afrique centrale, est composée d’une figure féminine debout supportant l’assise à la manière des cariatides. Les bras levés et pliés à angle droit, ce sont ses doigts qui maintiennent le siège circulaire à 45 cm du sol. La poitrine est proéminente et le ventre pointu. Le torse allongé contraste avec de toutes petites jambes. Le corps est semé de scarifications tandis que le visage, très délicatement modelé, se prolonge par une coiffure en chignon rectangulaire à l’arrière. Elle porte des bracelets aux poignets et présente une magnifique patine brillante. Cette pièce qui a fait partie d’une des collections d’art tribal les plus importantes du monde – celle de l’artiste collectionneur bruxellois Willy Mestach (1926-2014) ayant son antre au Sablon – est attendue autour des 20-25.000 euros.

Le rare panneau cérémoniel Nkanu (Angola et R.D.C.) portant le numéro 68 est une autre pièce de choix de la vacation. Longue de plus d’un mètre, cette pièce en bois peint en plusieurs couleurs est sculptée d’un serpent et d’une tortue en haut-relief. Recueilli par un missionnaire dans les années 1950, ce panneau ornait à l’origine les murs d’une kikatu, hutte cérémoniale construite par les initiés lors de la cérémonie Nkanda du passage de l’enfant vers l’âge adulte suivant la circoncision. Il devrait atteindre une somme autour des 10-15.000 euros. Verdict le 26 janvier rue du Grand Cerf.

 tabouret_luba_lempertz

Tabouret cariatide Luba, R.D.C., ancienne collection Mestach, (c) Lempertz, Bruxelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.