A son décès en 2009, Claire de Rassenfosse, petite-fille d’Armand Rassenfosse, lègue à la Fondation Roi Baudouin la maison atelier de son grand-père ainsi que ses collections. Le tout laissé en l’état. Un Fonds au nom de l’artiste graveur, dessinateur, affichiste et peintre wallon est alors créé. Il a fallu plusieurs mois pour trier les œuvres de l’artiste ainsi que son importante bibliothèque. La maison a été rénovée et deviendra bientôt un musée. En attendant, c’est aux cimaises de la Bibliotheca Wittockiana que nous est donnée la possibilité de découvrir encore quelques semaines les dessins et gravures de cet artiste amoureux des livres, qu’il illustra autant qu’il les collectionna.

C’est son association avec Auguste Bénard, imprimeur français installé à Liège, qui permet à Armand Rassenfosse (1862-1934) de se spécialiser dans différentes techniques d’illustration. L’artiste créera des images pour des textes d’écrivains célèbres. Il collaborera aussi avec d’importantes revues françaises comme Le Courrier français, La Plume ou le Mercure de France.

Au fil des vitrines, on découvre le goût de Rassenfosse pour la femme. Il déploie les charmes de la Femme, qu’elle soit habillée ou nue, dans des attitudes quotidiennes ou comme symbole de la beauté ou de la sensualité. Au travers de croquis, de gravures, d’affiches, de lettres ornées, d’ex-libris, voici un artiste qui préfigure clairement la ligne claire des bédéistes du siècle suivant. Les illustrations sont gracieuses, délicates, jamais dénuées d’humour et de poésie.

A la mort d’Auguste Bénard, Rassenfosse reprend la direction artistique de l’imprimerie. Il travaille par ailleurs pour de grands éditeurs belges et français. Cet illustrateur raffiné est aussi, sans surprise, un grand bibliophile. Il a appris à aimer les beaux livres au fil de ses rencontres et collaborations. Il aime les tirages limités, les reliures précieuses. Les dédicaces qu’on découvre dans ses recueils sont la preuve qu’il fut reconnu et aimé par ses pairs.

Voici, par exemple, de nombreux ouvrages illustrés par Félicien Rops, avec lequel il correspond, travaille et s’associe dans ses recherches techniques sur le vernis mou (une technique de gravure). Le commissariat de l’exposition a été confié à Nadine de Rassenfosse, petite-cousine, historienne de l’art et auteure d’une monographie sur son grand-oncle. Une belle découverte.

Rassenfosse ou l’esthétique du livre
Bibliotheca Wittockiana
23 rue du Bemel
1150 Bruxelles
Jusqu’au 31 janvier
Du mardi au dimanche de 10h à 17h
http://wittockiana.org/

rassenfosse-6

Armand Rassenfosse, Illustration pour Les yeux de Berthe in Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Paris, Les Cent Bibliophiles, 1899, gravure à la pointe sèche et à l’aquatinte, Coll. Fonds Armand Rassenfosse, Fondation Roi Baudouin, (c) Studio Philippe de Formanoir

rassenfosse-5

Armand Rassenfosse, Lettres ornées, parues dans Le Courrier français des 12 et 26 juillet 1896, encre de Chine, Coll. Fonds Armand Rassenfosse, Fondation Roi Baudouin, (c) Studio Philippe de Formanoir

rassenfosse-4

Armand Rassenfosse, Lettres ornées, parues dans Le Courrier français des 12 et 26 juillet 1896, encre de Chine, Coll. Fonds Armand Rassenfosse, Fondation Roi Baudouin, (c) Studio Philippe de Formanoir

rassenfosse-3

Armand Rassenfosse, Lettres ornées, parues dans Le Courrier français des 12 et 26 juillet 1896, encre de Chine, Coll. Fonds Armand Rassenfosse, Fondation Roi Baudouin, (c) Studio Philippe de Formanoir

rassenfosse-2

Armand Rassenfosse, Marque pour l’imprimeur Auguste Bénard, 1893, Coll. Fonds Armand Rassenfosse, Fondation Roi Baudouin, (c) Studio Philippe de Formanoir

rassenfosse-1

Armand Rassenfosse, Imprimerie Bénard S. A. Liège, 1908, lithographie, Coll. Fonds Armand Rassenfosse, Fondation Roi Baudouin, (c) Ville de Liège, photo Marc Verpoorten

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.