Auguste Herbin, Sol, gouache sur papier, 1946 (lot 113, estimation 8-12.000 euros) et Masque Dan, bois et fibres, Côte d’Ivoire (lot 114, estimation 3-4.000 euros), vente arts tribal et moderne chez Native le 23 janvier à Bruxelles – www.native-auctions.com

Le 23 janvier prochain, Native organise sa 9e vente après une année d’absence, le temps pour les deux protagonistes de la salle de faire peau neuve en investissant un nouveau lieu, loin des sentiers battus. Implantée depuis fin 2015 à l’entrée de la Galerie de Ruysbroeck, sur cette place ponctuée des drapeaux de Buren, la nouvelle salle lance sa première vente où l’art tribal côtoie l’art moderne, tandis qu’elle a récemment mis sur pied une plateforme de ventes en ligne. Du neuf donc, mais toujours avec une majorité de pièces africaines du Congo et également de Côte d’Ivoire, du Cameroun, du Gabon ou du Nigeria. On y rencontre aussi des pièces provenant de Papouasie Nouvelle-Guinée, des Philippines ou du Vanuatu.

Parmi ces figures Baule, Hemba, Lega, Bongo ou Mbole s’immiscent des tableaux signés Alberto Magnelli, Jef Verheyen ou Auguste Herbin, ainsi qu’une colonne en bronze doré d’Arnaldo Pomodoro. Le collectionneur belge qui constitua cette collection dans les années 1960-1970 témoignait d’une admiration profonde tant pour l’art abstrait de son époque que pour les pièces d’Afrique noire. Conseillé par le marchand d’art Christian Duponcheel, il acquit des pièces d’origines diverses – dont l’une des plus remarquables est une figure Bongo monumentale (lot 122, estimation 20-30.000 euros) qu’il mit en résonance avec celle tout aussi monumentale conçue par Pomodoro en 1960 (lot 123, estimation 60-80.000 euros).

D’autres œuvres sont mises en parallèle dans une optique qui renvoie au primitivisme et à l’influence des arts premiers sur les grands courants modernes. Ainsi verra-t-on en vis-à-vis un masque Dan (lot 114) et une gouache de 1946 signée Auguste Herbin (1882-1960). Le premier – un visage ovale délicatement sculpté et troué de deux fentes en guise d’yeux – répond à la seconde, une gouache géométrique en trois temps, dans une gamme de verts, outremer et jaune citron. Le premier, une œuvre de la Côte d’Ivoire associant bois et fibres est estimée 3-4.000 euros tandis que le tableau de l’artiste français dérivé de son Alphabet plastique – un système de codification mettant en correspondance lettres, couleurs et formes – porte une estimation de 8-12.000 euros (lot 113).

native lots 113 114 (1024x717)

Auguste Herbin, Sol, gouache sur papier, 1946, et Masque Dan, Côte d’Ivoire, (c) Native-auctions

A propos de l'auteur

Laure Eggericx

Chroniqueuse et journaliste"Historienne de l’art et plasticienne, j’alterne depuis des années la plume et le pinceau pour assouvir et communiquer ma passion de l’art, du patrimoine et de l’architecture. Journaliste pour différents quotidiens (Le Soir, La Libre ...) et magazines (Villas, Les Nouvelles du Patrimoine...), j’ai collaboré à de nombreux ouvrages et expositions concernant aussi bien artistes et artisans qu’architectes contemporains, sites historiques ou balades touristiques. Le marché de l’art est la plus récente corde à mon violon."Laure Eggericx est licenciée en histoire de l’art et archéologie (ULB), graduée en architecture d’intérieur (Saint-Luc-Essai) et diplômée en recherches graphiques et picturales (Académie JJ Gaillard).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.