Un étrange lapsus m’est apparu tandis que j’entamais l’écriture de cet article sur ce couple d’artistes et en relisant ce dernier je me faisais cette réflexion : tout le monde connaît Vincent Van Gogh (qui signait Vincent, et seuls les connaisseurs se souviennent d’Anna Boch. Nommer l’article qui lui est dédié Anna Boch et Vincent rend justice à cette femme que chacun va adorer découvrir ou assister à une belle reconnaissance de cet être étonnant.

Née en 1848 dans le Hainaut, Anna Boch est la fille du fondateur de la faïencerie Royal-Boch Keramis et la sœur aînée du peintre paysagiste Eugène Boch. Anna Boch est étonnante de modernité. Artiste engagée, proche des peintres européens les plus influents de son époque, elle avança en femme libre dans un monde presque exclusivement composé d’hommes. Seule femme du groupe des XX et de Vie et Lumière aux côtés de George Lemmen, Emile Claus ou encore James Ensor, elle fut une pionnière en de nombreux domaines. Conduire et acquérir une voiture (acte terriblement audacieux pour l’époque), faire salon chez elle en compagnie de musiciens comme Ysaye ou Fauré, parcourir la Grèce, la Turquie, l’Afrique du Nord, Anna est restée célibataire et… libre ! La liberté pour les femmes était alors loin d’être une évidence, lorsqu’on pense que sa naissance remonte à exactement 100 ans avant le droit de vote des femmes en Belgique…

Pointilliste ou impressionniste ?

Entourée d’Isidore Verheyden, son professeur, de Paul Signac, l’inventeur du pointillisme, de Paul Gauguin, Anna Boch s’essaya au pointillisme avant de suivre son cher ami Théo Van Rysselberghe dans la voie du néoimpressionnisme. Ses Côtes bretonnes, tout en aplats de couleurs spontanés, fuyant une construction classique encore très prisée à l’époque, la distinguèrent parmi ses pairs. On lui reconnaissait un talent mâle, entendez : une grande sensibilité qui ne pêche jamais par mièvrerie… C’est dire comme les femmes avaient peu de place dans le génie qui leur était accordé.

Pourquoi Anna et Vincent ?

Parce qu’Anna Boch est la seule personne à avoir acheté une toile à l’artiste de son vivant. En effet, cette avant-gardiste au nez fin acquit pour 400 francs français le tableau La Vigne rouge en février 1890, quelques mois avant la mort du génie. Vincent Van Gogh était un ami intime de son frère, Eugène Boch, dont le portrait immortalisé par Van Gogh, Eugène Boch ou Le Poète, orne les cimaises du Musée d’Orsay. En plus d’être une artiste audacieuse et engagée, Anna Boch était une mécène, passionnée de musique, principalement de Wagner, qui organisait des soirées musicales et des fêtes artistiques dans sa propriété La Closière. Son aisance financière familiale lui permit d’acquérir ce qu’elle aimait, dont quelques autres chefs-d’œuvre : Un après-midi à la Grande Jatte de George Seurat, La Calanque de Paul Signac et encore une deuxième toile de Van Gogh. Elle laissa une collection considérable qui fut dispersée l’année de sa mort, en 1936, dans une vente à la galerie Le Roy à Bruxelles. Son testament prévoyait d’ « aider les artistes et musiciens nécessiteux » : Anna Boch, artiste et mécène devant l’éternel.

Un film, une exposition

Le musée de Wellington organise, en collaboration avec le réseau de diffusion alternatif Ere Doc, un double évènement mêlant film et exposition, cinéma et tableaux, afin de mieux faire connaître cette personnalité d’exception. Anna et Vincent retrace en 60 minutes, grâce au talent de la comédienne Isabelle Jonniaux, le portrait d’Anna Boch et sa fascination pour Vincent Van Gogh. Réalisé par Françoise Levie, ce film est destiné à éclairer d’une autre facette le personnage aujourd’hui mythifié qu’est Vincent Van Gogh. Qui ne connait pas Vincent Van Gogh ? Qui se souvient d’Anna Boch ?

Anna et Vincent : un film, une exposition
Musée Wellington
147 Chaussée de Bruxelles
1410 Waterloo
Du 18 janvier au 18 février
Ouvert tous les jours de 10h à 17h
Projection du film « Anna et Vincent » à 10h30 et 14h30, adaptable pour les groupes.  www.museewellington.be

Anna Boch, le paradoux

Anna Boch, le paradoux, 1918 (c) collection privée

Van Gogh, portrait d'Eugène Boch

Vincent Van Gogh, portrait d’Eugène Boch, 1888 (c) Musée d’Orsay

George Lemmen, Portrait d'Anna Boch

George Lemmen, Portrait d’Anna Boch, huile sur carton (c) Thérèse Thomas, Anna Boch: catalogue raisonné

L'artiste dans son atelier

Anna Boch dans son atelier, 1928 (c) Thérèse Thomas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.