François Schuiten, Dessin pour projet d’affiche de l’exposition Cité-Ciné de Gand 1989, adjugé 51.912 euros lors de la vente BD chez Millon, Paris-Bruxelles – www.millon-associes.com

Les 6 et 13 décembre derniers, la maison de ventes Millon organisait une grande vente événement consacrée à la bande dessinée. Cette grand-messe franco-belge, orchestrée en duplex entre Paris et Bruxelles dans deux salles combles, a fait tomber une pluie de records mondiaux. Il faut dire que bien des pièces proposées par les experts belges Marc Breyne et Alain Huberty étaient exceptionnelles. Les intitulés de ces vacations de prestige en disaient déjà long sur leur contenu. La première en date, les 100 originaux d’exception, a permis d’enregistrer des records mondiaux pour Hugo Pratt, Jijé, Hermann (33.372 euros pour une planche Guérilla pour un fantôme de 1975) et pour François Schuiten dont un rare dessin en couleurs directes, réalisé en 1988 pour le projet d’affiche de l’exposition Cité-Ciné à Gand en 1989, s’est envolé 51.912 euros (alors qu’il portait une estimation de 40.000 euros).

Quant aux pièces inédites et historiques de Rahan, Fils des Ages Farouches provenant des collections familiales du créateur et scénariste de la série et de son dessinateur, elles ont remporté un vif succès, d’autant qu’il s’agissait de leur première apparition en vente publique. La plus belle enchère revient au lot 113. Cette illustration à l’encre de Chine pour la page de titre du hors-série Pif Gadget n°137 – plus précisément nommé Trimestriel de Rahan numéro zéro – paru en octobre 1971, le tout premier de la saga des trimestriels, enregistre l’enchère de 19.776 euros.

Repassons la frontière, avec Hergé mais surtout Willy Vandersteen dont la quasi-intégralité des pages de l’album La Kermesse aux Singes partageait la vacation du 13 décembre avec la collection personnelle de Marcel Gotlib. Ce faisant, le maître flamand, père de Bob et Bobette, a fait une entrée remarquée dans le monde des ventes publiques. Comme le souligne Alexandre Millon, « cette vente a ainsi permis la reconnaissance d’un des plus grands auteurs jusque-là absent du marché. Quatre-vingt-cinq pourcents des pages ont trouvé acquéreur, enregistrant un montant total d’enchères de 98.500 euros. Avec une estimation de 1.500 à 1.800 euros la page, le prix des planches vendues a tenu les promesses des experts, allant même pour certaines jusqu’à les dépasser pour atteindre 2.845 euros ».

La vente s’est terminée sous les meilleurs auspices puisqu’elle s’est refermée sur la consécration d’un des géants de l’Ecole française, Marcel Gotlib, qui pulvérise les records d’enchères avec notamment 65.500 euros enregistrés par un autoportrait réalisé en 1976 pour illustrer le 4e tome des Rubriques à Brac. A propos, qui parlait d’idées noires dans le 9e art ?

schuiten-millon-et-associes (779x1024)

François Schuiten, Dessin pour projet d’affiche, 1989

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.