Géométrie sacrale n’est pas un titre innocent, pour une exposition à Ixelles. Sophie Cauvin assume en révélant les sources de sa démarche. Elle s’intéresse à la matière, porteuse d’esprit, et utilise du sable rapporté d’Egypte et de bien d’autres pays. Elle a cela en commun avec la peintre Suzanne Thienpont, un peu oubliée aujourd’hui.

La quête philosophique de Sophie Cauvin a mené à des œuvres où le relief joue un rôle décisif. Mais c’est la dimension symbolique qui prime. L’exposition d’Ixelles montre cette évolution. Vous y trouvez encore quelques œuvres avec un relief prononcé. A côté d’œuvres plus récentes composées d’aplats de couleur denses, dans un jeu de lignes noires qui dépassent l’espace en couleur, peint ou appliqué sur les parois. Les couleurs intriguent. Les lignes noires indiquent d’autres dimensions. Elle rend ainsi visible la géométrie du grand espace fascinant qui nous entoure.

L’intérêt pour le lointain, Sophie l’a peut-être hérité de son grand-père, André, qui s’est fait remarquer pendant les années 1950 par des films et des livres sur le Congo et l’Afrique centrale et qui eurent beaucoup de succès. L’artiste montre, via le médium qu’elle utilise, une approche intellectuelle du monde que l’on trouve rarement dans l’art contemporain.

Sophie Cauvin
Géométrie sacrale
Musée d’Ixelles
71 rue Jean Van Volsem
1050 Bruxelles
Jusqu’au 17 janvier 2016
Du mardi au dimanche de 9h30 à 17h
http://www.museedixelles.irisnet.be/

Sophie Cauvin- sans titre- 2015- 310 x 234 cm- technique mixte -c- Sophie Cauvin- photo Luc Schrobiltgen

Sophie Cauvin, sans titre, 2015, photo Luc Schrobiltgen

Sophie Cauvin- Souffle cosmique- 2014- 150 x 10

Sophie Cauvin, Souffle cosmique, 2014, photo Luc Schrobiltgen

Sophie Cauvin- sans titre- 2015- 360 x 187 cm- technique mixte sur toile -c- Sophie Cauvin- photo Luc Schrobiltgen

Sophie Cauvin, sans titre, 2015, photo Luc Schrobiltgen

Sophie Cauvin- Genese- 2015- 150 x 120 cm- techniques mixtes sur toile -c- photo Luc Schrobiltgen

Sophie Cauvin, Genese, 2015, photo Luc Schrobiltgen

Sophie Cauvin- sans titre- 2014- 180 x 146 cm- technique mixte sur toile -c- Sophie Cauvin- photo Luc Schrobiltgen

Sophie Cauvin, sans titre, 2014, photo Luc Schrobiltgen

2 Réponses

  1. Dejaifve

    Bonjour,
    Je réagis à l’article « géométrie sacrale ».
    Je trouve très dommage la dernière remarque. Mu-inthecity montre chaque jour, dans chaque article, le contraire. Pourquoi ce propos généraliste qui ne correspond vraiment pas à l’art contemporain et qui continue à lui donner une image négative?

    Répondre
    • Muriel de Crayencour
      Muriel de Crayencour

      Bonjour Anne,

      Chaque journaliste a sa propre opinion sur l’art. Ils sont libres d’avoir des avis divergents du mien! A bientôt!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.