Ce sont cinq artistes récemment diplômés de KASK , l’école d’art de Gand, qui ont monté cette exposition dans la galerie de Jean-Philippe Braam. Tous travaillent sur le thème de la mémoire. Unfold dit le titre de l’exposition. Car ils la déplient, la mémoire, comme un grand drap qui a trop longtemps séjourné dans une armoire. Précautionneusement, ils ouvrent chaque pli et, au fil de ce geste, de cette recherche, ils donnent à voir des trésors. Les œuvres exposées utilisent divers supports : la vidéo, l’installation, la photo et la peinture qui dévoilent des histoires réelles, collectives ou fictives.

Ainsi Jeroen Vranken est parti en quête de son père, qui a disparu sans laisser de traces quand il était enfant. Lorsqu’il est devenu un jeune adulte, il est parti sur ses traces, visitant tous les lieux où son père aurait séjourné. C’est un reportage photo très étrange, émouvant. Des close-ups, des détails, un rideau dans un hôtel, un coin de fenêtre brisée. L’artiste présente aussi une vidéo qui archive tous les objets contenus dans une boîte remise par sa mère… objets qui auraient appartenu à ce père.

Falcone, né à Palerme en 1990, peint à l’huile sur la reproduction d’un tableau passé aux rayons X, avec la même technique que les anciens, dans une palette subtile, avec un rendu d’une magnifique profondeur et une grande maîtrise technique. C’est la mémoire des grands artistes de l’Histoire de l’art que Falcone convoque ici.

Pauline Mikó est née en 1991 à Bruxelles. Elle utilise des négatifs issus des photos de son enfance, qu’elle enterre, maltraite, oxyde. Ensuite, elle en réalise de grandes impressions, marquées, maculées, presque effacées par les mauvais traitements. Comme pour dire comment la mémoire flanche, efface, transforme nos souvenirs pour les recomposer en des tableaux précieux, traces de ce qui a fait de nous ce que nous sommes.

R’m Aharoni montre deux vidéos. L’une présente le mariage de ses parents, Yéménites, pris entre deux cérémonies, l’une traditionnelle, l’autre moderne. La jeune artiste nous montre comment nous sommes tous encryptés dans une histoire familiale, qui se propage, qu’on le veuille au non, d’une génération à l’autre.

Eva Giolo présente Shattered, une vidéo de 10 minutes dans laquelle on entend sa grand-mère qui souffre d’Alzheimer mais qu’on ne verra jamais. Elle égrène des parcelles de souvenirs, émiettés, fragiles.

Chacun de nous porte en soi des souvenirs qui viennent à la fois de notre vie personnelle et de notre vie d’humains qui vivons ensemble – la mémoire collective. Le thème du dés-archivage, de la mise en lumière du passé, intime ou universel, est récurrent aujourd’hui chez les jeunes artistes. Ici, à découvrir, cinq plasticiens et autant de manières de convoquer la mémoire et le souvenir, toutes émouvantes et de belle qualité.

Unfold
Braam Art Gallery 
9 rue Fourmois
1050 Bruxelles
Jusqu’au 3 décembre
Du mercredi au dimanche de 14h à 18h
www.braamjp.be

Unfold-JeroenVranken-TamamShud

Jeroen Vranken, Tamamshud

Unfold-PaulineMiko-BuriedPhotograph-2003-2013)

Pauline Miko, Buried photograph, 2003-2013

Unfold-R'mAharoni-AllYouNeed1

R’m Aharoni, All You Need

Unfold-EvaGiolo-Shattered

Eva Giolo, Shattered

Unfold-Falcone-IN-VISIBILE

Falcone, In.Visible

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.