Corin Sworn a été la finaliste de la cinquième édition (2014) du Max Mara Art Prize for Women, organisé en collaboration avec la Whitechapel Gallery à Londres. Elle a ainsi pu choisir ses destinations pour une résidence de six mois en Italie. Le résultat de son travail, Silent Sticks, a été exposé à la Whitechapel et est aujourd’hui à découvrir à la Collezione Maramotti, à Regio Emilia, jusqu’au 28 février 2016. Cette œuvre entrera ensuite dans la collection permanente Maramotti. Silent Sticks s’inspire et réévoque une célèbre affaire d’imposture datant du XVIe siècle. L’installation prend la forme d’une scène de théâtre, avec costumes, sons, vidéos.

Depuis 2005, Max Mara attribue le Max Mara Art Prize for Women, créé en partenariat avec la Whitechapel Gallery de Londres. Un tremplin exceptionnel à la création, destiné aux artistes habitant le Royaume-Uni. « Nous soutenons les femmes artistes car, même si beaucoup de choses ont changé dans la condition féminine, nous savons tous qu’elles doivent se battre plus que les hommes pour défendre leur créativité. Notre prix est une façon de soutenir leur art et leur énergie, même si, au fond, c’est surtout l’occasion de vivre et travailler en Italie », explique Luigi Maramotti.

Corin Sworn est née en 1976 à Glasgow, où elle vit et travaille. Elle est diplômée en psychologie de la British Columbia University de Vancouver ainsi qu’en art et design de l’Institute of Art & Design de Vancouver. Ses médiums de prédilection sont le dessin, la photographie, l’installation et la vidéo. Durant sa résidence italienne, l’artiste s’est intéressée à la commedia dell’arte à travers l’histoire et le rôle sociologique du jeu, du masque, et sur les questionnements autour de l’identité et l’usurpation d’identité.

« Au début, j’avais une carte et des objectifs, j’allais beaucoup dans les bibliothèques pour en savoir toujours plus. Ensuite, graduellement, ce sont les rues qui m’ont happée ! C’était merveilleux de voir, de vivre ce que j’avais lu le matin. J’ai vécu trois mois à Rome, deux mois à Naples et un mois à Venise. En fait, pour tout dire, avant mon départ, je ne pensais pas que j’aimerais Rome et j’ai adoré Rome. Je me voyais évoluer à Naples avec délice et finalement, Naples n’est pas une ville, comment dire, confortable. Quant à Venise, c’était la ville la plus intéressante pour mes recherches sur la commedia dell’arte. C’est un vrai puzzle culturel et historique Venise, c’est incroyable… La commedia dell’arte est un art complètement fascinant par la magie qui se dégage de ces masques ; c’est aussi la première fois que des femmes sont montées sur scène. Et on sent dans ces personnages beaucoup de poésie et de philosophie. Aujourd’hui cependant, l’âme de la commedia dell’arte a changé, il s’agit plus d’être dans le registre comique ou dans la performance physique. Les histoires sont plus simples qu’initialement, la dimension philosophique a disparu. Je suis une artiste conceptuelle, et c’est pour cela aussi que j’ai tout de suite aimé la commedia : en fait, c’est bien plus compliqué que cela n’y paraît. Sous la farce, il y a une force intellectuelle indéniable », expliquait l’artiste à La Libre en avril.

Il y a quelques jours, la Whitechapel Gallery et la Collezione Maramotti présentaient la liste des nominées au 6e Max Mara Art Prize for Women. Il s’agit de Ruth Ewan, Ana Genovés, Emma Hart, Tania Kovats et Phoebe Unwin. La gagnante sera sélectionnée début 2016 et pourra démarrer une résidence de six mois en Italie, dans des lieux qui correspondent à sa pratique. En 2017, elle exposera son travail à Londres à la Whitechapel Gallery et ensuite à la Collezione Maramotti. A suivre donc.

Corin Sworn
Silent Sticks
Collezione Maramotti
Regio Emilia
Italie
Jusqu’au 28 février 2016
www.collezionemaramotti.org

Corin-sworn-maramotti2

Corin Sworn, Silent Sticks, vues de l’exposition, Whitechapel Gallery, courtesy Whitechapel Gallery, photo Stephen White

Corin-sworn-maramotti3

Corin Sworn, Silent Sticks, vues de l’exposition, Whitechapel Gallery, courtesy Whitechapel Gallery, photo Stephen White

corin-sworn-maramotti

Corin Sworn, Silent Sticks, production still, (c) the artist, courtesy Whitechapel Gallery, photo Margaret Salmon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.