Faire, c’est-à-dire sélectionner, chipoter, trier, tenter des teintures, tricoter, tisser, crocheter, le tout avec du fil et deux fois dix doigts, c’est ce que fait le duo de designers Chevalier Masson. Associés depuis 2005, ils mettent au cœur de leur création des recherches et expérimentations par le faire. Des formes, des objets naissent directement de leurs mains, dans un processus à la fois millénaire, archaïque, populaire et à priori simple… comme les tisserands, brodeurs et noueurs de tapis d’avant l’ère industrielle.

Ce faire – le fait de fabriquer – est un mot devenu presque tabou dans l’univers culturel où le design s’est dématérialisé. Tout comme l’art dans les années 1960, notamment sous les coups de boutoir de l’art conceptuel, et pour le design, au fil de la mécanisation grandissante des processus de fabrication. La démarche de Chevalier Masson est à contre-courant de cette évolution mais participe d’un phénomène très actuel du retour à une pratique de la main à l’ouvrage. Le tout soutenu par les nouvelles technologies intégrées et bien maîtrisées.

A la croisée de l’artisanat, du design, de l’e-culture et de la science, les créations de Chevalier Masson éclairent toutes d’un jour plein de poésie les possibilités du fil dans le design. Il faut l’œil rempli de tendresse et le regard plein de profondeur de Marie Pok, directrice du Centre d’Innovation et de Design au Grand-Hornu, pour inviter un duo de designers tel que celui-ci à exposer.

Anne Masson est née à Lausanne en 1969. Pendant ses études à La Cambre, elle collabore avec le styliste Eric Beauduin pour développer, sous le label Beauduin-Masson Bruxelles, des collections de prêt-à-porter et d’accessoires. Elle est professeur responsable de l’option Design textile à l’ENSAV La Cambre depuis 2000. Depuis 2005, elle s’est associée avec Eric Chevalier.

Eric Chevalier est né en 1974 à Nantes. Diplômé des Arts appliqués ESAAT de Roubaix, il a travaillé en free-lance pour Christian Lacroix Haute-Couture de 1997 à 2000. Il est ensuite engagé pour les recherches couleurs et matières chez Pennel Industries avant de s’associer avec Anne Masson. Il est professeur en techniques d’impression dans le département Design textile et Stylisme de la Cambre depuis 2006.

« Nous avons aujourd’hui l’occasion de montrer le résultat de notre travail depuis une dizaine d’années. Il s’agit d’expérimentations ouvertes sur plusieurs champs d’application (habillement, architecture, mobilier) mais aussi les liens entre nos différents projets et avec les différentes collaborations », explique Anne Masson.

Le textile joue avec notre mémoire collective. Travailler la forme d’une chaussette, d’un bonnet, détricoter un singlet, un tee-shirt, peut toucher l’œil de tout le monde. Il y a de la poésie, de la féerie et du réenchantement dans les propositions de Chevalier Masson. Un plaid devient comme le sol d’un sous-bois recouvert de neige, un voile à accrocher devant une fenêtre mélange formes et images utilisées traditionnellement en version futuriste, décalée. Une écharpe de supporter de foot devient un objet design…

Tout le monde a dans l’œil leurs Chaises pelotes dont le noyau est une chaise trouvée sur le bord d’un trottoir. Le fil, récupéré lui aussi, s’enroule autour de l’assise, la recréant, la renforçant et la transformant en rembourrage puis garnissage. Le pansement de fil, appliqué avec patience, donne à la chaise un aspect féérique et confortable. Au fil de l’exposition, on découvre les collaborations du duo avec d’autres métiers. « En travaillant avec des architectes, chorégraphes, stylistes, nous élargissons notre horizon et nous sommes forcés d’interroger nos limites, nos compétences, notre bagage technique, sensible », dit Anne Masson.

Ainsi, pour le styliste Christian Wijnants, les modèles en maille sont teintés avec une technique de teinture à réserve, où une partie du vêtement est enfermé dans une presse pour le protéger du bain de teinture qui suit. Même technique pour imprimer les dix rideaux de tulle de coton créés dans le cadre de la scénographie conçue par Erwin de Muer pour le festival Daba Maroc aux Halles de Schaerbeek en 2012. C’est le pliage régulier et le serrage entre deux formes identiques qui vont révéler des motifs symétriques s’inspirant des motifs des claustras ou des mozaïques marocaines.

Citons encore Lichtbed, créé en collaboration avec 51N4E et Julie Vandenbroucke en 2010 dans le cadre de la transformation d’une maison privée. Cet immense canapé – ou zone de repos – constitué d’une structure en acier recouverte d’un tressage de boudins de textile tricoté emplit toute une pièce et on peut s’y allonger aussi dans l’exposition.

Chevalier Masson a eu aussi l’occasion de travailler avec le cabinet d’architecture bruxellois Baukunst, pour la conception d’un rideau extérieur intégré au projet d’infrastructure polyvalente pour le site de La Fraineuse à Spa. Ce sont 12 pièces variablement colorées selon les points de vue, qui courent sur les quatre côtés du patio, constituant un filtre translucide mobile. Plusieurs pans de cette réalisation sont à voir dans l’exposition.

Des plaids, couvertures, ponchos, tapis sous le label Laend (http://www.laend.be/) sont développés et commercialisés avec la styliste Diane Steverlynck. Car le plus complexe, dans l’ensemble des expérimentations du duo, est de rendre leurs créations fabricables en série. De la main à la machine, un fil à suivre.

Des choses à faire
Chevalier Masson
CID – centre d’innovation et de design
Site du Grand-Hornu
82 rue Sainte-Louise
7301 Hornu
Jusqu’au 10 janvier 2016
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
www.cid-grandhornu.be

motion-plaid-chevalier-masson-2011-c-lise-duclaux

Chevalier Masson, Motion Plaid, 2011, photo Lise Duclaux

lichtbed-chevalier-masson-2012-c-filip-dujardin

Lichtbed, Chevalier Masson en collaboration avec 51N4E et Julie Vandenbroucke, dans le cadre de l’exposition Reasons for Walling a House, 2012, Courtesy Galerie Valerie

chevalier-masson-motion-c-lise-duclaux

Chevalier Masson, Motion, couverture 100% laine, en collaboration avec Diane Steverlynck, édité sous le label Laend, 2014, photo Lise Duclaux

chevalier-masson-bent-mittens-c-filip-vanzieleghem

Chevalier Masson, Bent mittens, laine merinos & mohair, 2012, photo Filip Vanzieleghem

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.