« Des Musulmans Fumants, Waty était de loin le plus beau gosse de la bande… et il ne le savait même pas… Je l’aimais énormément, d’ailleurs tout le monde l’aimait et bien sûr les filles aussi, c’est pour ça que je ne pouvais m’empêcher d’être un peu jaloux de lui, de son sourire, le dessin parfait de son nez (…) Ah, j’oubliais, il y avait aussi sa peinture, pure, simple, colorée, joyeuse et sûrement faite sans effort par lui… des mandalas pop qui venaient vous apaiser, nous qui venions de traverser ces années noires et destructives du punk. »

Ces quelques mots du photographe Jean-Baptiste Mondino, en introduction de la monographie consacrée au peintre Philippe Waty, résument à merveille le personnage né en 1956, qui va flamber sa vie de Paris au Népal, alternant peinture et graphisme, voyage et rôle de mannequin pour des photographies de mode. Philippe Waty commence à peindre dès l’âge de 19 ans et il ne quittera plus ses pinceaux jusqu’à sa mort, à 56 ans. Une vie qu’il consacre à l’art, qui relevait pour lui autant du savoir-être que du savoir-faire, et qu’il résume par ces mots : « L’art, j’y suis né, j’y habite et j’y surprendrai la mort ». Sur la trace de ses ainés de la figuration narrative, ses premières toiles à partir de 1975 sont de grands formats d’une teneur expressionniste. Il y révèle déjà un sens aigu des couleurs et un goût pour déstructurer et recomposer les formes. Loin des galeries, avec le collectif mouvant nommé les Musulmans Fumants, il va déferler sur les clubs prisés de Paris, investir l’Espace Pierre Cardin, mais aussi peindre des fresques dans la maison de Coluche ou un logo pour le Palace.

Le livre reprend une longue biographie du peintre français, suivie de plus de 100 pages d’illustrations. On y retrouve sa peinture à la fois pop, graphique, rythmique, franche et directe, mise en vis-à-vis avec des citations de l’artiste. « Il ne faut pas juste dire des mots, il faut dire des mots justes. C’est la même chose en peinture, avec les formes et les couleurs », disait-il. Le livre est présenté à Bruxelles dans le cadre de l’exposition éponyme à voir à la galerie Intuiti, jusqu’au 10 octobre.

Waty
Galerie Intuiti
Rivoli Building
690 chaussée de Waterloo
1180 Bruxelles
Jusqu’au 10 octobre

Waty | Gourcuff-Gradenigo  | Couverture rigide | 25×29 cm |  194 pages | 39€   |  www.gourcuff-gradenigo.com

WATY2

Philippe Waty, galerie Intuiti, Editions Gourcuff-Gradenigo

waty4

Philippe Waty, galerie Intuiti, Editions Gourcuff-Gradenigo

livre-waty

Philippe Waty, Editions Gourcuff-Gradenigo

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.