Plusieurs institutions organisent durant l’été des expositions qui donnent aux artistes émergents sur la scène belge la possibilité d’être vus.

Ainsi, au Wiels, on a pu voir Un-Scene III, réunissant 13 artistes belges ou vivant en Belgique. Une coupe transversale d’une scène artistique à un moment précis mettant en évidence la position du centre d’art en tant qu’institution internationale ancrée dans le paysage belge. On y a retenu Julien Meert, avec ses grands formats, les subtils dégradés de Kasper Bosmans, un mur entier couvert d’assiettes peintes par Jean-Baptiste Bernadet, les œuvres textiles de Hedwig Houben et les sculptures-installations d’Erika Hock.

Au M Leuven, ce sont neuf artistes repérés au fil des visites ici et là par la commissaire Ann Cesteleyn et par la responsable du département contemporain Eva Wittock qui sont à découvrir. Pour la troisième fois, le très actif musée de Louvain ouvre ses portes à des artistes qui ont un lien avec la province du Brabant flamand. Par leur diversité, les œuvres de l’exposition Attitudes to form amènent à s’interroger sur la manière dont on perçoit la forme et l’espace. De la performance à la photographie, plusieurs disciplines se côtoient. Pointons les sculptures délicates de Sofie Haesaerts, mais aussi la très poétique installation mouvante de Polien Boons, les Angle of view de Line Boogaerts, grands dessins in progress sur les fenêtres du musée ainsi que ceux aux tons subtils d’Ane Vester sur les murs, qui cristallisent des souvenirs pleins d’émotions.

Au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, ce sont les dix artistes sélectionnés par le Young Belgian Art Prize qui sont à voir. Depuis la première attribution de son prix en 1951, l’association La Jeune Peinture Belge a vécu plusieurs évolutions. Aujourd’hui nommé Young Belgian Art Prize, il est non seulement ouvert aux Belges mais aussi à tout artiste établi à Bruxelles. Belgian désigne désormais tous ceux qui habitent en Belgique et rassemble une multitude de nationalités et de backgrounds culturels. Le principe de base n’a pas changé, puisqu’il s’agit de mettre en lumière des artistes de moins de 35 ans. Ceux-ci présentent leur candidature sur dossier et non plus avec des œuvres existantes. Grâce au prix, ils peuvent produire des œuvres nouvelles. L’exposition et la possibilité de réaliser de nouvelles œuvres constituent le principal stimulant. Le jury décernera le Crowet Young Belgian Prize (25.000 €), le Bozar Prize (12.000 €) et le Langui Prize (12.500 €) lors du finissage de l’exposition le 10 septembre. L’ING Public Prize (6.250 €) sera décerné à l’artiste qui obtiendra le plus grand nombre de votes de visiteurs.

Avec Spectrum*shelf, Katrin Kamrau dispose dans l’espace 43 portraits photographiques contenant chacun un pourcentage trop élevé ou trop faible de jaune ou de magenta. La thématique des relations sociales, des rapports de force, des réseaux et des rôles-modèles y est abordée.

G. Küng a réalisé une réinterprétation d’une salle de jeux d’un enfant. Les jouets sont agrandis à l’extrême. Pour l’artiste, ces objets dévoilent les hiérarchies et les structures de pouvoir qui nous entourent.

Emmanuel Van der Auwera, qu’on avait pu voir à l’Iselp et à l’Ikob, présente son film A certain amount of clarity. Il se compose de messages postés sous forme de vidéos sur le net. Ces vidéos montrent les réactions émotionnelles d’adolescents découvrant sur YouTube les images d’un meurtre réellement perpétré. On voit leurs expressions de dégoût, de répugnance, de passion morbide, de curiosité. Une publication sous forme d’un journal sur le modèle des rage comics, courtes bandes dessinées destinées au net et dont les ados sont friands.

Floris Vanhoof montre plusieurs installations qui explorent les frontières entre image et lumière. Ici des variations infinies de lignes horizontales superposées créées par des projecteurs 16 mm créent un effet d’optique envoûtant.

Pointons encore les dessins au fusain de Hannelore Van Dijck, installées en série le long des deux murs d’un long couloir. Cette composition dans l’espace permet au visiteur d’être imprégné des dessins.

Les photographes Max Pinckers et Michiel Burger travaillent à partir d’archives photographiques. Ils participent à un projet à l’Archive of Modern Conflict (AMC) de Londres. Selon eux, les images, fortes de leur langage visuel, sont toujours politiques. « Les photos font partie intégrante d’un jeu qui se développe entre la réalité et nous-mêmes. On peut très bien comprendre, dévoiler, reconstruire, manipuler ou cartographier ces jeux de langage, mais aujourd’hui on ne peut plus faire comme s’ils n’existaient pas », expliquent-ils dans le livret publié par Lannoo à l’occasion du prix.

Toutes les propositions de ces jeunes artistes sont à voir jusque mi-septembre. Certaines sont visuellement très fortes, d’autres demandent à ce que le visiteur se penche sur la réflexion qui a prévalu aux œuvres. Ce qui peut parfois être un peu ardu. Mais qui aime ne compte pas son temps, n’est-ce pas ? Vous pouvez donc voter pour votre artiste préféré sur www.youngbelgianartprize.com.

Open M
M Leuven
28 Leopold Vanderkelenstraat
3000 Louvain
Jusqu’au 30 août
Tous les jours sauf mercredi de 11h à 18h, jeudi jusqu’à 22h
http://www.mleuven.be/

Young Belgian Art Prize
Bozar
23 rue Ravenstein
1000 Bruxelles
Jusqu’au 19 septembre
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturnes jeudi jusqu’à 21h
Finissage et remise des prix : 10 septembre, 19h
Visites guidées gratuites chaque jeudi de 16h à 18h
www.bozar.be
www.youngbelgianartprize.com

Sofie-Haesaerts-Slowly-slowly-catchy-monkey-photo-Isabelle-Arthuis

Sofie Haesaerts, Slowly slowly catchy monkey, 2011, samenwerking tussen Sofie Haesaerts en Colombe Marcasiano, photo Isabelle Arthuis, M Leuven

Polien-boons-photo-isabelle-arthuis

Polien Boons, Geen titel, 2014, photo Isabelle Arthuis, M Leuven

Max-Pinckers-Michiel-Burger-c-Philippe-De-Gobert

Max Pinckers & Michiel Burger, vue de l’exposition, Young Belgian Art Prize, photo Ph. de Gobert

Katrin-Kamra-c-Philippe-de-Gobert

Katrin Kamra, Young Belgian Art Prize, Bozar, photo Ph. de Gobert

Hannelore-van-dijck-c-Philippe-De-Gobert

Hannelore Van Dijck, vue de l’exposition, Young Belgian Art Prize, photo Ph. de Gobert

G. Küng_exhibition view_c Philippe De Gobert (2)

G. Kung, Young Belgian Art Prize, Bozar, photo Ph. de Gobert

Floris-vanhoof-c-Philippe-de-Gobert

Floris Vanhoof, Young Belgian Art Prize, Bozar, photo Ph. de Gobert

Emmanuel-van-der-Auwera-c-Philippe-de-Gobert

Emanuel Van der Auwera, Young Belgian art Prize, Bozar, photo Ph. de Gobert

Ane-Vester-Panoramisch-palet-photo-Isabelle Arthuis

Ane Vester, Panoramisch palet, 2015 (notebook, blouse, classroom, jacket, car, front door, dress, bench), photo Isabelle Arthuis, M Leuven

Un-Scene-III-Julien-Meert

Julien Meert, Un-Scene III, Wiels

Un-Scene-III-Jean-Baptiste-Bernadet-photo-Sven-Laurent

Jean-Baptiste Bernadet, Un-Scene III, Wiels, photo Sven Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.