Les musées de Liège et de Tournai confrontent leurs collections. Le résultat fascinera d’abord les amateurs. Que de juxtapositions inédites, souvent de grands noms ! Le commissaire est Jean-Pierre De Rycke, conservateur à Tournai.

La collection de Tournai comprend quelques œuvres du Moyen Age, dont une réplique très intéressante d’une œuvre disparue de Jérôme Bosch. Mais l’essentiel de la collection est constitué du legs du collectionneur Henri Van Cutsem, issu d’une ancienne famille brabançonne. Il rassembla dans sa maison de maître à Saint-Josse (l’actuel musée Charlier) la collection la plus contemporaine de l’époque. Il figurait parmi les dix premiers acheteurs de Seurat et Van Gogh ! Il voulait léguer sa collection au musée de Bruxelles. Mais suite à l’une ou l’autre bêtise du musée, il décida de l’envoyer à Tournai et confia la construction du nouveau musée à Victor Horta (qui avait déjà construit une galerie d’exposition à l’arrière de sa résidence bruxelloise).

Le musée de Liège, plus ancien et comportant un important cabinet de dessins et gravures, n’en est pas à sa première rencontre. On pouvait y voir récemment un dialogue avec le musée de Riga (Impressions et parallèles). Le point fort, ce sont les œuvres achetées par une délégation liégeoise à Lucerne, lors d’une vente d’art par le IIIe Reich. D’où Picasso, Gauguin, etc.

Le commissaire De Rycke procède de façon thématique. Cela permet de développer un circuit axé sur un public jeune, moins attiré par les noms et biographies d’artistes. Une rencontre historique : un portrait de Louis XIV en conquérant de Tournai, de Charles Lebrun et, pour Liège, un portrait de Napoléon en législateur, par Ingres. Notez la présence de la cathédrale Saint-Lambert, alors qu’elle était déjà détruite quand le tableau fut peint !

Et puis, quelles découvertes ! Dans la section Miroir: une Parisienne japonaise de Stevens à côté d’une étonnante Jeune fille au miroir de Constantin Meunier. Les pouvoirs mystérieux comprennent Paul Gauguin et Ignacio Zuloaga (tous deux peu courants dans les musées belges). Ne ratez pas le mur avec des portraits de chiens – ah, le regard de Minka peint par Adrien de Witte ! Et que dire de Esprit, es-tu là ? de Fantin-Latour et, par Walter Mac Ewen, Deux jeunes filles devant un livre ! Cette exposition est surprenante, tant par le choix des sujets que par la qualité des œuvres. On annonce une suite au Musée de Tournai, en septembre.

Jeux de miroir
Cent chefs-d’œuvre rassemblés
Musée des Beaux-Arts
86 Féronstrée 
4000 Liège
Jusqu’au 13 septembre
Du mardi au dimanche de 10h à 18h

www.lesmuseesdeliege.be 

napoleon-bonaparte-premier-consul-12-juillet-1804-c-ingres-jean-auguste-dominique-c-ville-de-liege-bal

Jean Auguste Dominique Ingres, Napoléon Bonaparte Premier Consul, 12 juillet 1804, (c) Ville de Liège, BAL

interieur-dans-lile-de-marken-c-mellery-xavier-c-ville-de-liege-bal

Xavier Mellery, Intérieur dans l’île de Marken, (c) Ville de Liège, BAL

jeune-fille-au-miroir-c-meunier-constantin-c-ville-de-liege-bal

Constantin Meunier, Jeune fille au miroir, (c) Ville de Liège, BAL

le-repos-de-l-enfant-c-stevens-alfred-c-ville-de-liege-bal

Alfred Stevens, Le Repos de l’enfant, (c) Ville de Liège, BAL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.