C’est une expérience peu habituelle que propose le groupe Société Générale aux amateurs d’art contemporain à l’occasion des vingt ans de sa collection. (De)placements réunit une sélection d’œuvres lui appartenant, exposée au siège de l’entreprise à La Défense jusqu’au 30 octobre. Le nouvel accrochage a été confié à la commissaire d’exposition camerounaise Koyo Kouoh, fondatrice et directrice artistique de RAW Material Company, centre d’art situé à Dakar. Elle met l’accent sur la spécificité et les contraintes imposées par l’espace de travail, lesquelles diffèrent sensiblement de celles du musée ou de la galerie.

« Dans un espace de travail, on est censé penser à autre chose qu’à l’art. » Tel est le constat à partir duquel Koyo Kouoh a entrepris de construire sa proposition ! Exposées dans des lieux de passage, de réunion, de réflexion ou de négociation, les œuvres se doivent selon elle d’imposer des situations de visibilité et de contemplation particulières. Elles supposent une indisponibilité du regardeur qu’elles cherchent à apaiser dans son environnement professionnel. « Même si elles ne sont pas activement contemplées, le fait même qu’elles soient là, ancrées dans l’architecture, contribue à une certaine harmonie et à une régulation d’énergies », poursuit la commissaire d’exposition.

Dans un souci d’originalité et d’innovation, Koyo Kouoh a voulu se démarquer du travail mené lors des précédents accrochages, notamment en mettant l’accent sur des œuvres de la Collection qui n’avaient encore jamais été exposées. Elle évoque aussi son souhait de placer la sélection en relation directe avec l’activité et l’environnement imposant de la banque. « Nous sommes quand même dans un espace puissant et de grande influence dans la vie de tous les jours. D’où le choix du thème de déplacement et le jeu de mots avec placement et, par extension, les notions de flux et de mouvement. » La représentation du mouvement tient donc une place centrale dans l’exposition en interrogeant des concepts tels que les flux matériels et immatériels, l’immigration ou l’ouverture à un monde globalisé.

En Chine avec Marc Riboud

Au fil de sa déambulation dans les couloirs, le visiteur appréhende la diversité de la collection constituée de peintures, sculptures et photographies. Parmi ces dernières, une série du photographe allemand Thomas Ruff s’articule autour des  travaux de l’architecte des années 1920, Mies van der Rohe : alors que certaines images montrent des bâtiments au plus proche de leur réalité, d’autres sont floutées ou manipulées – à l’exemple de W.H.S.05. La perception est alors modifiée en fonction du point de vue du spectateur qui se retrouve en face d’une œuvre en mouvement, nouant ainsi un rapport ludique avec elle. …

Dans le cadre d’un partenariat avec Arts Hebdo Medias, un site français d’information dédié à l’art contemporain, nous vous proposons de lire la suite de cet article sur http://www.artshebdomedias.com/article/050615-collection-societe-generale-repenser-espace-de-travail

Du-Wang

Herald Tribune International, (c) Wang Du

Farah-Atassi

Transitional Home, (c) Farah Atassi

Julien-Previeux

Economics and The Public Purpose, (c) Julien Previeux

Marc-Riboud

Huang Shan, (c) Marc Riboud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.