Mélanotype attribué à Jules Antoine, Vincent Van Gogh en conversation avec Paul Gauguin, Félix Jobbé Duval, Emile Bernard. Paris, dans la cour de l’Auberge Blanche, vers décembre 1887, provenance : Ronald Davis, estimation 120-150.000 euros, vente des 19 et 20 juin chez Romantic Agony à Bruxelles, www.romanticagony.com

Cette photographie – un mélanotype, soit une image positive directe au collodion sur carton photographique – de 1887 montre Vincent Van Gogh en conversation avec ses amis dans la cour du 96 rue Blanche à Paris où André Antoine louait une salle de répétition pour son tout nouveau Théâtre Libre. Le comédien et metteur en scène avait invité de jeunes artistes novateurs à y exposer. Van Gogh était de la partie mais avait eu la mauvaise idée d’accepter d’exposer conjointement chez un concurrent, ce qui provoqua une violente dispute avec son ami Emile Bernard. Voici pour les circonstances de cette prise de vue rarissime où Van Gogh a accepté de poser.

Pour la petite histoire, il est amusant de relever que Van Gogh s’était mis sur son 31 pour son séjour parisien – adoptant un look de bouvier à la toque de fourrure, pour reprendre les mots de Gauguin – et s’était fait refaire toute la dentition ! Il est entouré de Paul Gauguin et d’Emile Bernard, tous deux vêtus du bragou berr, le pantalon traditionnel de la région de Pont-Aven où ils avaient séjourné. A côté de Gauguin, on voit d’ailleurs le peintre breton Félix Jobbé-Duval, son vieil ami qui lui a indiqué Pont-Aven. André Antoine, debout, fume la pipe tandis qu’en retrait, arborant une casquette, les spécialistes croient reconnaître Arnold Koning, peintre fraîchement débarqué des Pays-Bas.

Ce collodion intime et émouvant, retrouvé dans les archives d’un grand libraire des Années folles, nous dévoile ce groupe d’amis conversant. Ils sont tout simplement en train de révolutionner le monde de l’art ! C’est dire l’importance de cette photo qui sera présentée en même temps que quelques centaines d’autres qui constituent la première récolte d’une nouvelle salle bruxelloise spécialisée dans les ventes de photographies. Cette nouvelle venue parisienne n’en est pas vraiment une puisqu’elle s’installe rue de l’Aqueduc et reprend les activités de bibliophilie de Romantic Agony pour lui ajouter une spécialité photographique. Les catalogues de cette première vente des 19 et 20 juin prochains en disent long sur ce nouvel arrivage dans un marché de niche où s’alignent daguerréotypes, calotypes, autochromes et autres photographies documentaires, mais qui peut aussi faire le bonheur de tous les curieux ! Qui une vue de Grindehwald en 1880 ? Qui une photo de Gagarine ou de Malines ?

vangogh

Mélanotype, Vincent Van Gogh en conversation, Paris, 1887, (c) Romantic Agony

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.