La galerie Thaddaeus Ropac accueille, jusqu’au 18 juillet prochain, les sculptures de l’artiste anglais Antony Gormley, dans son magnifique espace de Pantin, une ancienne usine de chaudronnerie réhabilitée. Sur les 2 000 m2 de surface d’exposition et sous les quatre nefs du lieu, sont présentées les dernières œuvres de celui qui, inlassablement, explorent les notions de corps et d’espace.

Dès l’entrée dans la galerie, l’attention est immanquablement attirée par une immense sculpture se dressant au fond de la première salle : Hole (2014), structure en acier de trois mètres de haut, s’impose comme la gardienne des lieux. Façonnée de cubes assemblés les uns aux autres grâce à la maîtrise parfaite de la découpe de l’acier au laser, l’œuvre fascine par le langage initié à l’aide de ses ouvertures multiples, références aux grottes, caves et autres couloirs caractéristiques de l’habitat humain. Le visiteur plonge ainsi immédiatement dans la conception de la sculpture telle qu’appréhendée par l’artiste : la création d’un lieu à partir d’une œuvre, avant même de considérer celle-ci comme un objet.

Du coin de l’œil, on est attiré par une autre forme apparaissant dans la pièce attenante : projection virtuelle ou structure réelle ? Ossature de 15 mètres de long et de 5 mètres de haut, Matrix II (2014) est une œuvre complexe édifiée grâce à un maillage subtil de fer béton. Constituée de seize volumes remplissant l’espace de la pièce et disposés autour d’un volume équivalent à la place occupée par deux corps debout côte à côte, elle questionne la forme de l’habitat. La sculpture déstabilise tout à la fois par l’impression de fragilité de son maillage, la force de son gigantisme, la vibration qu’elle impose à l’œil et la confusion créée entre l’avant-plan et l’arrière-plan. « C’est un dessin en trois dimensions qui rend les espaces architecturaux permutables, se rapprochant davantage de la manière dont la conscience fonctionne à l’intérieur du corps », précise Antony Gormley.

Dans le cadre d’un partenariat avec Arts Hebdo Medias, un site français d’information dédié à l’art contemporain, nous vous proposons de lire la suite de cet article sur http://www.artshebdomedias.com/article/080615-antony-gormley-paris-quand-espace-prend-corps

Gromley-MatrixII

Série Big – Matrix II – Hole © Antony Gormley, photo A.-S. Pellerin

Gromley-Matrix-II

Série Big – Matrix II – Hole © Antony Gormley, photo A.-S. Pellerin

gromley-Hole

Série Big – Matrix II – Hole © Antony Gormley, photo A.-S. Pellerin

Gromley-Expansion-field

Série Big – Expansion Field © Antony Gormley, photo A.-S. Pellerin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.