Pablo Picasso, Les femmes d’Alger (version O), 1955, huile sur toile, vendue 179 M. USD le 11 mai 2015 chez Christie’s à New York © Succession Picasso/DACS, Londres 2015 – www.christies.com

Ainsi va l’Art, celui avec un tout grand A, celui de quelques artistes, de quelques œuvres que se dispute la planète entière dans les salles de ventes les plus prestigieuses. Dernier record mondial en date, celui enregistré par Christie’s à New York le 11 mai dernier pour Les femmes d’Alger (version O) de Picasso, qui a pulvérisé son estimation de 140 millions de dollars en s’envolant pour plus de 179 millions ! Pièce d’exception, considérée comme un chef-d’œuvre du maître espagnol au même titre que Les demoiselles d’Avignon (1907) et Guernica (1937), elle est devenue l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue aux enchères ! Ce faisant, Christie’s bat son propre record (détenu depuis novembre 2013 par le triptyque de Bacon Trois études de Lucian Freud vendu 142,4 millions de dollars) et Picasso le sien, puisque le précédent record de l’artiste concernait Nu, feuilles vertes et buste, une toile de 1932, adjugée 106,6 millions de dollars toujours chez Christie’s en mai 2010. Et Christie’s ne s’arrête pas là puisque la soirée de ce 11 mai a vu tomber pas moins de 10 records du monde lors de ce nouveau concept de vente Looking forward to the past (Explorer l’avenir par le passé). Giacometti, Dubuffet, Soutine ou Doig figurent parmi les 10 recordmen de cette affolante course planétaire.

La toile de Picasso fait partie de la série des Femmes d’Alger que l’artiste peignit entre 1954 et 1955 en hommage à Delacroix et à Matisse. Des 15 variations (de A à O), celle-ci est la plus aboutie. Les couleurs éclatantes, le jeu sur le cubisme et la perspective, la puissance de la décomposition – recomposition en font une brillante synthèse des obsessions du peintre fasciné par Delacroix et plus particulièrement par cette scène de harem. Œuvre iconique, d’une fraîcheur tout actuelle, elle a été montrée dans de nombreuses expositions rétrospectives de par le monde – dont la dernière à la Tate Modern en 2012. Les spécialistes la considèrent comme l’une des dernières œuvres de Picasso dans une collection privée. Christie’s avait déjà vendu cette même œuvre en 1997, pour un montant de près de 32 millions de dollars. Il n’y a même pas 20 ans. So crazy !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.