Et de quatre ! Après avoir investi la gare de Bruxelles-Congrès (2012), le Brass en 2013 et le Dexia Art Center en 2014, voici POPPOSITIONS dans les murs de l’ancien bâtiment de la poste, 8 quai des Péniches, entre Citroën et Up, le long du canal. Pour cette quatrième édition, la foire alternative et indépendante d’art contemporain, qui a lieu pendant Art Brussels, voit grand puisqu’elle s’étend sur environ 10 000 m².

La scénographie de ces espaces contrastés, précédemment dévolus aux bureaux, a été confiée à Walt Van Beek que l’on a vu officier à Art Brussels il y a deux ans. « Il est bénévole, comme l’ensemble de l’équipe de POPPOSITIONS  », explique sa fondatrice, Liv Vaisberg, une jeune femme dynamique qui n’en est pas à sa première expérience dans le domaine. Son idée est de créer un événement original qui s’affirme comme une expérimentation autour du format de la foire d’art contemporain et comme une alternative aux habituels cubes blancs aseptisés des foires. POPPOSITIONS  a quelque chose d’hybride, d’expérimental, de singulier. Son but est de donner une visibilité aux jeunes artistes qui ont un propos – et non une visée purement décorative – et d’offrir un regard critique par rapport au marché de l’art. Elle pose la question de la collaboration possible entre marché de l’art et innovation culturelle.

Pourtant, « Il ne s’agit en aucun cas d’un Salon des Refusés ; nous faisons partie du circuit artistique officiel », poursuit Liv Vaisberg en insistant sur la dimension de laboratoire de cet événement conçu comme une réunion de galeries et de structures artistiques sélectionnées par un jury indépendant sur base de projets. « Pour cette édition, parmi les 100 propositions reçues, 40 ont été retenues (soit une centaine d’artistes tous pays confondus avec une proportion de 35 % de Belges). Ces projets vont être mis en espace par plusieurs curateurs. Au final, POPPOSITIONS ressemblera davantage à une exposition qu’à une foire commerciale : pas d’alcôves blanches mais un espace cohérent qui laisse la porte ouverte à tous les médiums (installations, photos, peintures, vidéos, performances). Cette édition sera émaillée par un parcours lumineux ponctué de cartels géants disposés dans les salles. La manifestation à vocation internationale et à modeste entrée de 5 euros s’adresse à un public large. Au départ, elle était surtout fréquentée par des jeunes cool de 25-35 ans mais les collectionneurs, les familles et même des institutions s’y sont rapidement retrouvés ».  Il faut dire que l’offre se diversifie au fil des années : micro-éditeurs d’art, performances, conférences, débats, visites guidées, soirées DJ, bars, foodtrucks et autres animations pour les enfants.

Avez-vous le goût barbare?

Autre particularité de cette édition – et non pas des moindres – une grande exposition autour de cinq collections reconnues en Belgique (Collection Galila, Collection Benoît du Roy, Collection Frédéric de Goldschmidt, Collection Cédric et Cookie Liénart van Lidth de Jeude, Collection Famille Servais) prendra place à l’intérieur de POPPOSITIONS, sur tout un étage de cet édifice désaffecté. Ces cinq collectionneurs, qui soutiennent l’événement depuis le début, participent cette fois en mettant à la disposition de commissaires émergents associés à POPPOSITIONS – Nicolas de Ribou et Les Commissaires Anonymes – la mission de réaliser une exposition culturelle à partir des quelque 800 œuvres qu’ils ont acquises ces 10 dernières années pour moins de 8000 euros. Ce faisant, ils veulent défendre l’idée de l’art à des prix raisonnables et soutenir une offre d’art dans laquelle la valeur culturelle est plus importante que la valeur monétaire, un point de vue en parfaite résonance avec celui de POPPOSITIONS orienté vers une nouvelle économie.

Compte-tenu de la diversité des œuvres des différentes collections, les curateurs ont pris l’option de la variété en exerçant un goût instinctif pour opérer leur sélection. Celle-ci ne se préoccupe pas des artistes, ni des titres, ni des médiums. Elle ne découle pas d’un processus intellectuel de réflexion. Le choix est instinctif. Il fait cohabiter des pièces conceptuelles avec des pièces figuratives, abstraites, simples d’accès. Une grande partie des œuvres sont encadrées (photos, peintures, dessins) ; les autres sont surtout des vidéos. Quelques sculptures aussi rendent compte de ce goût barbare et questionnent, au même titre que les autres, le public et les collectionneurs : « Vous reconnaissez-vous dans ce goût barbare ? » Réponse du 24 au 27 avril 2015 au Canal Wharf.

POPPOSITIONS
Canal Wharf
8 Quai des Péniches
1000 Bruxelles
Du 24 au 27 avril
www.poppositions.com

Ode de Kort, Cirkel, courtesy galerie OMS Pradhan

Ode de Kort, Cirkel, courtesy galerie OMS Pradhan

Johan Gelpers, Stilled, courtesy galerie OMS Pradhan

Johan Gelpers, Stilled, courtesy galerie OMS Pradhan

Y si no hubiera despues, Guillermo Mora

Y si no hubiera despues, Guillermo Mora

 

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.