Dès l’ouverture VIP vendredi, fameuse ambiance à Art Brussels, ça fuse, ça s’enthousiasme, ça s’excite. Visiteurs de tous poils parcourent déjà d’un pas alerte les allées. Anne Vierstraete, directrice business, et Katerina Gregos, directrice artistique de la foire, ont présenté les gagnants du SOLO Prize, qui sont deux ex æquo. Il s’agit de Germaine Kruip, de la galerie Sofie Van de Velde d’Anvers et Honoré d’O de la galerie gantoise Kristof De Clercq. Le Prix YOUNG est remis chaque année à la meilleure galerie de la section YOUNG. Le prix a lui aussi été coupé en deux pour récompenser deux galeries ex æquo : Gallery Maskara de Mumbai (Inde) et la galerie sicilienne Laveronica.

L’autre annonce importante en début de foire est celle du déménagement d’Art Brussels en 2016 vers Tour & Taxis, après 17 années à Brussels Expo. Anne Viersrtraete explique : « Art Brussels a largement contribué à la réputation de la ville de Bruxelles en tant que véritable carrefour de l’art contemporain. Au fil des ans, l’effervescence autour de la scène de l’art contemporain de la ville s’est fortement amplifiée. Progressivement, des artistes choisissent de s’installer à Bruxelles, nombre de galeries internationales ouvrent une antenne bruxelloise et les centres d’art, qu’ils soient publics ou privés, se multiplient plus que jamais. Nous avons décidé de déménager la foire sur un nouveau site au cœur de la ville, à proximité des galeries et musées. »

Dès le début de la foire, c’est business as usual, il faut vendre, car c’est bien de cela qu’il s’agit. Rien à redire, puisqu’une œuvre, pour vivre sa vie quand elle sort de l’atelier de l’artiste, doit être achetée. Passant par une galerie, puis vers les collectionneurs, via, périodiquement, les foires internationales. C’est bien ce circuit qui fait vivre l’artiste. On aurait tort de l’oublier.

Cette année, les stands ont été mélangés, on passe d’une galerie installée (Prime) à une galerie qui présente des artistes émergents (Young), en passant par un espace Solo, ce qui fait que l’œil est sans cesse motivé. Impossible de s’endormir. Les Discovery sont rassemblées dans une même allée.

La petite OFF qui monte, Poppositions, est une splendide réussite et pas seulement à cause de l’exposition d’œuvres issues des collections de grands collectionneurs belges, initiative du collectionneur Alain Servais qui désirait soutenir cette jeune OFF. Au rez-de-chaussée de ce bâtiment des postes abandonné, plusieurs travaux sont très intéressants, enthousiasmants et à voir sans faute. Il est vrai qu’ici on est loin de l’atmosphère commerciale qui prévaut à toute foire d’art contemporain. Ce qui permet d’avoir un regard intime sur l’œuvre. Une bien belle visite.

Attaque new-yorkaise

On sait aussi que la très pointue foire new-yorkaise Independent a annoncé qu’elle s’implantait en 2016 à Bruxelles, aux mêmes dates qu’Art Brussels, dans le bâtiment Dexia, en plein centre historique de la ville (Source : Artforum.com). Confirmant ainsi la place prédominante de la ville dans le circuit de l’art contemporain. Sa situation géographique centrale au cœur de l’Europe est aussi sûrement une qualité qui a prévalu à ce choix .

Independent prévoit par ailleurs de développer un espace d’exposition de 4000 m2 au 67 rue de la Régence, qui accueille déjà quelques galeries belges importantes (Micheline Szwajcer, Catherine Bastide, Jan Mot, etc.). Initiée par Elisabeth Dee et Darren Flook, et développée avec le creative advisor Matthew Higgs et la direction de Laura Mitterand, Independent travaillera dans la capitale de l’Europe avec la même équipe. Celle-ci est déjà occupée à essayer de convaincre plusieurs galeries belges de migrer vers leur organisation. Une sérieuse mise en danger pour Art Brussels – qui fêtera ses 34 ans en 2016 – qui s’est pourtant renouvelée avec beaucoup de fraîcheur et de punch depuis trois ans sous la houlette de sa directrice artistique Katerina Gregos.

Dans les coulisses, les galeries présentes au Heysel se plaignent parfois d’un trop large programme OFF déployé par la foire, qui attire les visiteurs loin du plateau du Heysel, alors même que les galeries y louent leur stand à prix d’or. L’équilibre entre la programmation in et OFF, qui permet d’attirer des visiteurs internationaux, est peut-être difficile à trouver. La Off Course Art Fair d’Antonio Nardone, à voir jusqu’à lundi sur le site de Tour & Taxis, a donc perdu son implantation pour 2016… Mais comme il se dit qu’il est en train d’essayer de vendre son projet… Affaires à suivre, ce qui ne devrait pas nous empêcher de nous passionner pour l’art entre avril 2015 et avril 2016 !

 

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

Art Brussels, photo Patricia Mathieu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.