Scherril Schell (1877-1964), Construction Work on 5th Avenue, New York, vers 1930, épreuve argentique avec signature manuscrite sous l’épreuve et légende au dos, estimation 10-12.000 euros, lot 309, vente du 19 mars chez PBA à Paris, www.pba-auctions.com

Cette vue de New York en plein chantier fait partie d’une importante collection de photos rassemblées par un particulier sur plusieurs décennies à partir de la fin des années 1970. Cet ensemble cohérent d’images rares des XIXe et XXe siècles apparaît comme l’un des plus importants depuis une dizaine d’années. Il compte près de 350 lots qui retracent l’histoire de la photographie historique, de Daguerre à Moï-Ver en passant par Le Gray et ses proches, la Castiglione, Atget, Maurice Denis, Sherril Schell. « Tous (sont) inventeurs de formes, de procédés, de genres, créateurs indépendants qui revendiquèrent chacun à leur manière l’autonomie d’un art récent », écrit Antoine Godeau, vice-président et commissaire-priseur chez Pierre Bergé & Associés, la maison qui met aux enchères ce fabuleux ensemble le 19 mars prochain. La collection comporte bon nombre de pièces uniques ou inédites – voire mythiques, comme Le premier portrait photographique au monde, à savoir le portrait de M. Huet par Daguerre en 1837 – mais aussi des épreuves singulières ou rares. Le photographe américain Sherill Schell (1877-1964) s’y illustre avec 12 clichés, tous représentatifs de la série qu’il effectua à New York autour des mutations architecturales de la ville, sujet qui inspira la majeure partie de son œuvre. Après des débuts de photographe portraitiste à Londres, Schell regagne les Etats-Unis et s’installe à New York. Les grands changements architecturaux de la ville le fascinent et il les immortalise dans plusieurs séries de photos. Ses vues de buildings en construction témoignent d’une vision neuve, moderniste et combien avant-gardiste pour l’époque. Les photos sont volontiers décentrées et les angles de vues particulièrement variés : plongées et contre-plongées, gros plans de détails ou de fragments… Les premiers plans sont presque abstraits et les tirages particulièrement soignés. Sherril Schell utilise volontiers des perspectives non conventionnelles pour créer des compositions saisissantes. Des éléments diagonaux forts, ainsi que les contrastes de l’ombre et de la lumière concourent à la mise en valeur des qualités abstraites de l’environnement. L’aspect novateur de ses clichés n’avait pas échappé à Julien Levy qui, en galeriste visionnaire, montra ses images dès 1932 avec celles d’Abbott, Evans, Bourke-White et Lynes dans son exposition Photographs of New York by New York photographers. Aujourd’hui, des photographies de Schell sont conservées au Museum of the City of New York (acquises directement de l’artiste) et à l’Art institue of Chicago.

Scherril Schell, Construction Work on 5th Avenue, New York, vers 1930, PBA Auctions

Scherril Schell, Construction Work on 5th Avenue, New York, vers 1930, PBA Auctions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.