Ce ne sont pas moins de trois expositions de l’artiste Gao Xingjian qui sont à découvrir actuellement à Bruxelles. Une importante rétrospective au Musée d’Ixelles, une salle aux MRBA, ainsi qu’une exposition (sa troisième !) à la galerie J. Bastien, qui soutient l’artiste depuis de nombreuses années.

Pendant le règne de Mao, le jeune Gao Xingjian (1940) est envoyé à la campagne, comme de très nombreux autres intellectuels, dans le cadre de la révolution culturelle. Il s’était fait remarquer par des pièces de théâtre critiquant le régime, qui furent aussitôt interdites. Après la mort de Mao, il profite du changement pour se rendre, en 1987 à Paris, où il travaille comme traducteur. Il peint, écrit et ne retournera pas en Chine, où son œuvre reste d’ailleurs interdite. Il obtient la nationalité française en 1997. Pour son roman La Montagne de l’âme (publié en 1990, mais commencé en Chine en 1982), il obtient le Prix Nobel en 2000.

Il mène en même temps une carrière de peintre, non dépourvue de succès. Son art se rattache à l’esprit de la peinture plutôt traditionnelle du paysage chinois, mais quasiment sans figure. Les moyens utilisés sont des plus simples – encre noire sur papier.

Les formats sont parfois ambitieux, tenant compte de la technique utilisée. Et cela vaut surtout pour la série monumentale (plusieurs mètres carrés par œuvre), groupée sous le titre Eveil de la conscience dans une salle des MRBAB. Impressionnantes, poétiques, un peu mystérieuses, les six grandes feuilles peintes spécialement pour cette salle incitent au rêve et plus encore à la contemplation, semble-t-on penser au musée. On y organise des séances de yoga, de méditation et de rencontre. Entreprise originale… qui cadre avec la dimension de suggestion et de rêve de l’œuvre de Gao Xingjian. Cela vous permettra-t-il de quitter le musée dans une sérénité fraîchement acquise ?

L’artiste souligne volontiers sa position de pont entre la Chine et l’Occident. Il dit peindre en toute spontanéité, jusqu’au moment où le dialogue avec l’œuvre paraît suffisant pour se poursuivre avec le public. Ses œuvres naissent dans le silence. La démarche de Gao est empreinte de poésie.

Gao Xingjian, Rétrospective
Musée d’Ixelles
71 rue Jean Van Volsem
1050 Ixelles
Jusqu’au 31 mai
Du mardi au dimanche de 9h30 à 17h
www.museedixelles.be

Gao Xingjian. L’éveil de la conscience
MRBAB
Jusqu’au 26 février 2020 
www.fine-arts-museum

Gao Xingjian
Encre et Lumière
Galerie J. Bastien Art
jusqu’au 18 avril
www.jbastien-art.be

 

Gao Xingjian, La Maison en rêve, 1993, all rights reserved

Gao Xingjian, La Maison en rêve, 1993, all rights reserved

Gao Xingjian, Écroulement, 2008 (c) all rights reserved

Gao Xingjian, Écroulement, 2008 (c) all rights reserved

Gao Xingjian, Au vent, 2013 (c) all rights reserved

Gao Xingjian, Au vent, 2013 (c) all rights reserved

Gao Xingjian, Scenographie de lopera, 2002, all rights reserved

Gao Xingjian, Scenographie de lopera, 2002, all rights reserved

Gao Xingjian, L'Attente, 2004, tous droits reserves

Gao Xingjian, L’Attente, 2004, tous droits reserves

Gao Xingjian, L'Angoisse, 1995, all rights reserved

Gao Xingjian, L’Angoisse, 1995, all rights reserve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.