Ca respire le chef-d’œuvre au Rijksmuseum, dans cette exposition consécration du Rembrandt des dernières années. Il y a pourtant déjà, à un autre étage, la Ronde de nuit, inévitable et toujours très populaire et d’autres tableaux du maître. Durant sa vieillesse, le peintre n’a pas été épargné de soucis familiaux et de nombreux problèmes financiers. Il devra à plusieurs reprises organiser des ventes de ses œuvres, dans l’atelier. Et s’il continue à recevoir des commandes, elles servent à payer ses dettes. Rembrandt, si célèbre aujourd’hui, n’a pas pu passer ses vieux jours dans un château, vivant comme un prince (comme Rubens). Cela expliquerait-il le côté torturé de certains tableaux ?

L’exposition organisée par la National Gallery et le Rijksmuseum comprend quelque 90 œuvres, tableaux, dessins et gravures. Vous y découvrirez des œuvres très connues, comme la Fiancée juive, un Autoportrait à deux cercles avec un visage très retravaillé et une tache de lumière sur le nez – typique de son style tardif… des œuvres des années 1660 (Rembrandt meurt en 1669). Vous découvrirez beaucoup de toiles de la décennie 1650. Prenez le magnifique Portrait de Jan Six (1654), qui appartient toujours à cette famille d’Amsterdam. Ou le magnifique dessin Jeune femme dormant (1654) dans lequel Rembrandt condense l’image en quelques traits rapides. Dessiner est une toute autre démarche que d’ajouter couche sur couche en peinture. Une partie de l’exposition montre cette évolution technique. Et puis il y a le Rembrandt, peintre religieux. On le montre surtout à travers ses séries de gravures, parfois très expérimentales pour l’époque. Voici  Portrait de Frederick Ribel à cheval (ca 1663),  tableau qui se rattache à la tradition de le peinture de cour en Europe – très peu hollandaise, donc. Le cheval est dans la position de levade, position très difficile pour le cheval, le cavalier et peut-être aussi pour le peintre… peu ou pas familiarisé avec ce sujet. C’est un des plus grands formats de Rembrandt.

Profitez de votre visite pour suivre le cheminement de Rembrandt dans la ville d’Amsterdam. Il y vécut presque 40 ans. Vous passerez ainsi à la Rembrandthuis où l’on montre le travail de ses derniers élèves. Le peintre n’est pas mort dans cette maison, mais bien dans une maison un peu à l’écart du centre-ville.

Late Rembrandt
Rijksmuseum
Amsterdam
jusqu’au 17 mai
www.rijksmuseum.nl

Autoportrait aux deux cercles, Rembrandt, ca 1665-1669

Autoportrait aux deux cercles, Rembrandt, ca 1665-1669

La Fiancée juive, Rembrandt, Rijksmuseum

La Fiancée juive, Rembrandt, Rijksmuseum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.