C’est la première exposition solo d’Elodie Antoine à la galerie Aeroplastics. On craignait de voir ses œuvres perdues dans les très grands espaces de cette grande maison de maître. Belle surprise de découvrir que chaque création déployée dégage suffisamment de force et d’étrangeté pour occuper l’espace et même pour y gagner en puissance.

Elodie Antoine est née en 1978 à Virton. Elle vit et travaille à Bruxelles. Cette artiste plasticienne pratique la couture, la broderie, la dentelle, travaille le feutre… tous médiums traditionnels ancestraux et pratiqués au quotidien sur un mode mineur par les femmes, dans un cadre domestique. Les extrayant de ce mode mineur, elle s’en empare, à la suite d’autres artistes femmes comme Louise Bourgeois, Annette Messager, Eva Hesse,… pour explorer l’univers qui l’entoure, celui-ci allant du home sweet home aux centrales électriques et de son corps (viscères comprises) au corps de l’autre.

Dès l’entrée, arrivant de la porte de la cave, d’immense serpents (ou spermatozoïdes) noirs rampent sur le sol et envahissent l’espace. Sur le mur de l’escalier, une délicate petite cage thoracique est suggérée avec quelques fermetures éclair rouges et blanches. Sur le sol, trois ou quatre dents immenses, en feutre blanc. L’une est coupée net en deux…

Au mur, centrale nucléaire, grues, pylônes sont dessinés via des dentelles au fuseau. Elodie Antoine voit dans une brosse à cheveux un objet inquiétant auquel elle fait pousser de longs cheveux. Elle présente une pile de serviettes de bain sur une commode. Au centre de cette pile, un trou déforme le tissu, traverse la commode et installe une lueur jusqu’au fond d’un tiroir. On est directement envoyé dans un conte pour enfant qui ferait un peu peur.

Un Maxi-Cosi semble souffrir d’une étrange maladie, puisque des excroissances doudous grandissent sur sa surface. Un fauteuil en velours grandit lui aussi, comme dans un chapitre d’Alice au pays des merveilles : haut sur ses pieds, il penche un peu.

Voici un rouge à lèvres dont le bâton de crème est remplacé par une mèche à béton laquée rouge vif. Des chewing-gums de verre présentés comme des trésors, des cervelles, elles aussi en verre coloré, portées en collier… Voici une chemise dont les boutonnières sont des yeux, ou une culotte gaine brodée d’un très joli utérus et d’élégantes trompes de Fallope. Voici quelques immenses perruques, surdimensionnées, inquiétantes.

Dans un coin, au plafond, un immense paresseux pend tranquillement d’une large branche moussue, autre excroissance, arrivée là on ne sait comment. Excroissances, effractions, envahissements sont les actions immobiles auxquelles se prêtent les objets détournés par l’artiste.

Ce qui rend le jeu amusant, plein d’humour, c’est cet aller-retour continuel entre mondes féminin et masculin, entre techniques mineures et créations artistiques, entre univers intérieur et extérieur, entre perception enfantine et regard d’adulte. Parlant d’intériorité, plusieurs objets en feutre, travaillés en plusieurs couches de couleurs différentes évoquent des organes, des viscères. Voici une boule, coupée, dont l’intérieur creux retient une matière brillante, prête à déborder.

Fils, cheveux, laine, tissus, travail long, lent et patient sur un matériau de peu de valeur permettent de donner à voir ce qui se trouve en creux, caché, à propos du féminin, du corps de la femme, de ses pensées intimes, du home fantasmé, de la place de cette femme auprès des hommes. Vraiment bien !

Elodie Antoine
Deliquescence
Aeroplastics contemporary
32 rue Blanche

1060 Bruxelles
Du mardi au vendredi de 13h à 18h30, samedi de 14h à 18h
Jusqu’au 14 mars
www.aeroplastics.net

 

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

cache-coeur-bondage, Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

cache-coeur-bondage, Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

Elodie Antoine, Aeroplastics Contemporary

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.