Yuriko Tagagi, artiste photographe japonaise de 63 ans, a toujours partagé sa carrière entre des séries pour des grands noms de la mode et des projets plus personnels comme par exemple The Birth of Gravity dans lequel elle capturait les instants de grâce nés d’un dialogue intime entre la nature et le corps. L’intimité est sans doute le fil conducteur de cette artiste qui se base sur les multiples significations des signes japonais, levant le voile sur des mots aussi puissants que naissance, abondance, sexe ou trahison. Dans sa série SEI réalisée début des années 1990 et mise à jour en 2014, Yuriko Takagi propose une immersion troublante dans l’intimité des fleurs. La genèse de cette série s’est faite en deux temps. En japonais, une quantité de signes se prononce SEI. Yuriko Takagi réalise qu’avec toutes les significations que ces signes recouvrent, on peut décrire toutes les étapes d’une vie, voire dessiner les contours de l’univers entier. L’artiste a choisit 28 fleurs, photographiées à nu, révélant le non visible, le secret, le cœur. Elle nous offre de découvrir la fleur dans tous ses états, telle une femme, petit bouton en train d’éclore, floraison, fleurs fanées : autant d’étapes de la vie. La fleur, jadis emblème absolu de séduction, révèle à travers les clichés au cadrage serré, réalisé à la lumière naturelle une beauté crue, parfois extrêmement sensuelle. Une œuvre délicate à découvrir, pan ouvert sur une culture tout en raffinement.

SEI
Yuriko Takagi
Galerie Lazarew
112 avenue Louis Lepoutre
1050 Bruxelles
Vernissage ce jeudi 26 février à 18h
Jusqu’au 28 mars

Ouvert du mercredi au samedi de 14 à 19h
www.galerie-lazarew.fr

SEI3

Tagaki © Courtesy Galerie Lazarew

SEI2

Tagaki © Courtesy Galerie Lazarew

SEI1

Tagaki © Courtesy Galerie Lazarew

SE16

Tagaki © Courtesy Galerie Lazarew

SE15

Tagaki © Courtesy Galerie Lazarew

SE14

Tagaki © Courtesy Galerie Lazarew

A propos de l'auteur

Aurore t’Kint

Journalist "I’ve always been attracted to art, through literature and my travels. What amazes me, time and time again, is what mankind undertakes to leave an indelible trace for our future generations – out of love, out of need or out of craziness." Holder of a master’s degree in Philosophy (ULB), a degree from CREPAC/IFPME and a master’s degree in bioethics, Aurore t'Kint has been working in the world of press and publishing for 15 years now. She writes for many art columns and was an economic journalist and chief editor for Skynet Magazine.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.