Un nuage de lumière dans la Factory pour la soixantième édition de la Brussels Antiques & Fine Arts Fair… Nicolas de Liedekerke et Daniel Culot, de Volume Architecture, conçoivent chaque année depuis 2004 le décor et l’aménagement de la Brafa sur une superficie totale de quelque 16 000 m².

« Notre premier challenge a été de donner un nouveau souffle et une nouvelle dimension à la Foire des Antiquaires de Belgique lorsqu’elle a quitté Bozar pour s’établir à Tour et Taxis dès 2004. A cette époque, poursuivent-ils, ce quartier avait mauvaise presse et s’il est aujourd’hui devenu trendy c’est en grande partie grâce à la contribution fidèle de la Brafa qui en arrive à sa 12e édition, et au public averti qu’elle y attire. » La Brafa est un leitmotiv – presque une récréation intellectuelle – qui leur est offert chaque année et leur permet de créer tout un univers, très différent de leur pratique quotidienne centrée pour l’essentiel sur l’architecture résidentielle. Des maisons tous azimuts, quelques bureaux, des magasins, des banques privées… La Brafa est l’occasion pour eux d’aller plus loin, de produire du rêve et de l’éphémère. Cette fois, c’est au cœur de la Factory de Warhol qu’ils ont puisé une partie de leur inspiration. A l’image de ce lieu mythique, les murs du hall d’entrée sont entièrement recouverts d’une feuille d’argent tandis qu’un nuage de lumière scintille de ses 1500 ampoules. Au sol, une moquette neutre. Pas de couleurs, si ce n’est celles des habits des visiteurs qui participent à ce moment unique. A gauche, une énorme poutre en bois fait office de banc. Minimalisme brut, légèreté et magie d’un effet métallique qui se propage et se reflète de proche en proche avant de pénétrer dans l’exposition proprement dite.

Cent vingt-six exposants y ont déposé tous leurs trésors dans des stands personnalisés. « A ce stade, nous sommes arrivés à optimiser la surface disponible. Pour l’avenir, la question d’un espace supplémentaire va forcément se poser », expliquent les architectes bruxellois qui signent également quelques stands d’antiquaires. L’atmosphère qui imprègne les lieux a ce côté irréel qui sied aux manifestations de prestige. Les matériaux jouent de l’exception, même s’ils ne sont pas nécessairement luxueux. Depuis deux ans, un concours est organisé auprès des étudiants en Design textile de La Cambre pour la création d’un tapis qui habillera la plupart des allées de la foire. Très présent et coloré, cet imprimé a été créé cette année par Ani Bedrossian au départ de bouts de chiffons noués. Il fait du sol une œuvre d’art qui rappelle certaines estampes de Hokusai tandis que le plafond est animé de branches d’arbres imaginaires en suspension. C’est fleuri, aérien. A certains endroits stratégiques – les bars, les points de rencontre – ces faux arbres semblent prendre racine et se déploient en une explosion de branches et de fleurs. Pur délice illusionniste, factice, enchanteur. « Nous avons construit des arbres qui n’existent pas, entre cerisiers du Japon et ikebanas géants. Nous avons inventé des fleurs fixées sur de grandes sphères et des branches flottant grâce à un réseau de câbles. » Cette démarche ludique est pleine de fantaisie. Elle amène un vent de fraîcheur et de légèreté dans une manifestation qui se situe dans l’œil du marché de l’art international. Ces notes végétales qui se développent davantage dans les deux restaurants invitent à faire une pause dans un environnement qui sent déjà un peu le printemps. Tout autour, des voiles semi-transparents affichent un dessin libre inspiré de Hartung.

Brafa
Tour & Taxis
Bruxelles
Du 24 janvier au 1er février
www.brafa.be

Sas de la Brafa, Volume Architecture

Sas de la Brafa, Volume Architecture

Etude tapis et fleurs pour la Brafa, Volume Architecure

Etude tapis et fleurs pour la Brafa, Volume Architecure

Brafa, Volume Architecure

Brafa, Volume Architecure

Brafa, Volume Architecture

Brafa, Volume Architecture

Une réponse

  1. Paquay

    Bonjour, Laure,
    Toutes mes félicitations pour votre article élogieux et descriptif concernant le Salon BRAFA ! J’y retrouve absolument toutes mes impressions lors de ma visite de ce vendredi, jour du Vernissage. Superbe décoration, objets rares et merveilleux, décor floral des arbres printaniers artificiels magnifiques de même que le tapis parcourant les allées ; le tapis de BRAFA 2014 était très joli également mais je préfère celui de cette année, plus décoratif et plus coloré et tout aussi original.
    J’espère découvrir avec autant d’émerveillement le prochain Salon BRAFA 2016….
    Bien cordialement,
    Monique Paquay.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.