Dressé un peu de guingois dans une prairie verte, ce vieux chêne étend une large ramure garnie d’une imposante masse de feuillage. Plus homme dressé qu’arbre réaliste, ce fier totem offre à notre regard son âge avancé et la force de ses racines qu’on sent profondément enfoncées dans le sol. Nul oiseau n’habite dans ces branches et personne ne se promène en dessous, car il s’agit de ne pas détourner l’attention du spectateur de la puissance majestueuse de ce bel arbre.

Un autre arbre, nu et rongé par la mousse fait s’éparpiller en des mouvements souples chaque branche et chaque rameau qui ont trouvé naissance sur le tronc central. Ici, c’est le jeu de répétition des lignes et contre-lignes qui a ravi l’artiste. Végétal, minéral ou aquatique, les mondes qu’aime à représenter Stéphane Erouane Dumas sont autant d’occasions pour lui de se coltiner à la matière, d’inventorier comment elle s’étend et prend sa place dans l’espace. Pour une falaise présentée comme découpée et posée sur le papier, même impression d’éternel, même force dans la représentation de la matière de la pierre.

Ces forêts, ces arbres et ces falaises sont vivement habités par le flux de la nature. On y sent le vent qui passe, on détecte l’humidité qui se dégage de cette forêt, le froid qui fendille la pierre. Les peintures de Dumas sont presque sonores : gémissement des branches, murmure des feuilles qui bougent, clapotis de l’eau qui déforme sans complexe le reflet majestueux d’un arbre en automne.

Stéphane Erouane Dumas est un artiste français né en 1958. Il vit et travaille à Paris et en Normandie. Dumas est un peintre. Devrait-il s’excuser pour ça ? D’être si « classique » ? D’aimer rendre compte de la nature ? Nous ne le pensons pas. Arbres, forêts, falaises, mares et reflets occupent ses toiles et son imaginaire. Car les lieux et espaces de la nature que Dumas peint sont la mémoire de ceux-ci. Dumas ne sort pas peindre dehors avec son chevalet. Il travaille dans son atelier tel arbre mémorisé, telle falaise dont le souvenir brut l’habite encore, telle forêt dense et mystérieuse qu’il aurait voulu traverser. Ce faisant, il nous invite à déambuler dans une nature magnifiée, contée et sonore. Dumas a exposé 32 panneaux de quatre mètres de haut en juxtaposition continue le long des murs de La Verrière Hermès à Bruxelles en 2012. Une monographie consacrée à l’œuvre de l’artiste est sortie aux Editions AREA cette année.

Stéphane Erouane Dumas
Galerie Fred Lanzenberg
9 avenue des Klauwaerts
1050 Bruxelles
Jusqu’au 27 décembre 2014

Du mardi au vendredi de 14h à 19h, samedi de 10h à 19h
www.galeriefredlanzenberg.com

 

Stephane Erouane Dumas

Stephane Erouane Dumas

Stephane Erouane Dumas

Stephane Erouane Dumas

Stephane Erouane Dumas

Stephane Erouane Dumas

Stephane Erouane Dumas

Stephane Erouane Dumas

Stephane Erouane Dumas

Stephane Erouane Dumas

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.