Man Ray, Lee Miller au collier d’éponges, Juan-les-Pins, 1930-31, tirage argentique, estimation 40-60.000 euros (lot 29), vente le 15 novembre chez Sotheby’s à Paris. www.sothebys.com

Photographies, peintures, objets, dessins, films et bijoux de la main de l’un des artistes les plus prolifiques du XXe siècle seront mis aux enchères par Sotheby’s le 15 novembre prochain à Paris. Provenant directement de l’atelier de celui qui fut l’une des plus grandes figures des mouvements Dada et surréaliste, ces œuvres, dont de nombreuses n’ont jamais été vues auparavant, montrent la diversité du talent de Man Ray (1890-1976). Ingénieux autant que fantaisiste et impertinent, l’homme conçut quantité de compositions, d’objets et de peintures surréalistes. Il prit des photos de personnalités contemporaines, de paysages inédits en France et aux Etats-Unis, s’intéressa aussi bien aux jeux d’échecs qu’à l’art dogon et aux artistes de cirque. Il immortalisa tous les grands artistes de ce monde, de Derain (Derain à la Bugatti, 1927, estimation 6-8.000 euros, lot 58) à Deneuve en passant par Giacometti, Satie, Ava Garner, Picasso, Miller (ou lui-même comme en témoignent les nombreux autoportraits !). Jamais il ne se lassa de peindre, de photographier et de dessiner ses muses : Kiki de Montparnasse, Lee Miller, Ady Fidelin mais aussi sa femme Juliet. Le portrait de Lee fait partie de cette veine. Il est en outre un des top lots de la vacation qui compte aussi pas mal d’œuvres à moins de 10.000 euros. Muse, compagne et collaboratrice de Man Ray durant trois ans, Lee Miller arriva à Paris à la fin des années 1920 et rencontra Man Ray en 29. Ensemble, ils explorèrent les possibilités de la solarisation – une technique découverte au hasard des déambulations d’une souris dans la chambre noire – permettant de donner une sorte d’aura autour du personnage photographié. L’envoûtante beauté de Lee lui inspira quelques-unes de ses plus fameuses photos. On la voit ici lors de leur voyage dans le Midi en 1930-31 arborant un volumineux collier d’éponges… en réalité très léger ! Ce tirage rare – peut-être unique ? – est un hommage raffiné à cette femme « si jeune, si belle, si libre » qui sera par la suite reconnue comme photographe accomplie.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.