L’œuvre de Kiefer frappe l’œil et l’esprit. Tout d’abord par les matériaux utilisés – plomb, pierre. C’est gigantesque, lourd, très lourd… Puis par ce qu’elle dégage : ce n’est pas de la brutalité gratuite. Il y a un sens… et même une certaine poésie. Etonnant.

La Royal Academy présente toute la carrière de l’artiste, de ses travaux encore modestes (en format et en poids !) jusqu’à une œuvre monumentale faite pour l’occasion, une accumulation de plaques de plomb et de bien d’autres objets, Ages of the World, placée dans la rotonde. Le bâtiment rappelle la splendeur d’une nation qui dominait le monde il y a plus d’un siècle et demi, avec un couple royal d’origine allemande, Victoria et Albert (yes, du musée !). Le bâtiment avait déjà résisté à l’initiative d’Anish Kapoor de faire circuler un wagon de train au premier étage. Mais les œuvres de Kiefer sont encore plus lourdes, paraît-il. Les bâtiments de l’Empire sont solides.

Les pensées de Kiefer ne semblent peut-être pas très légères, mais quand on regarde un peu plus loin que les couches de matière, elles sont plus délicates qu’il n’y paraît au premier regard. Kiefer est né en 1945 quand l’Allemagne était réellement en ruine (une ville comme Cologne fut anéantie à 90 % par exemple). Il a grandi dans un pays où il fallait tout reconstruire, les villes, l’infrastructure, ainsi que la culture allemande dénaturée par la purification nazie. La reconquête de la véritable culture allemande, de la poésie médiévale, du romantisme à l’humanisme, est un fil rouge dans l’exposition. Mais l’idée de ruine continue à hanter l’artiste. Il rend aussi hommage à Vincent Van Gogh.

On découvre aussi les premières œuvres de l’artiste, aquarelles, photos, collages, assemblages – des petits formats – poétiques, critiques, parfois même amusants. Cet esprit ne s’est jamais perdu, même s’il faut plus de temps pour le lire ou le découvrir dans la matière et la manière des grands travaux. Avant d’entrer dans le hall de l’académie, vous avez déjà fait connaissance avec une grosse bataille navale, Velimir Khlebnikov, Fates of Nations, au centre de la cour.

Anselm Kiefer
Royal Academy
Londres
Jusqu’au 14 décembre 2014
www.royalacademy.org.uk

Pour se rendre à Londres, program 2 for 1 with Eurostar www.eurostar.com

Kiefer - Royal Academy - Morgenthau Plan, 2013 – 3 tableaux inspirés par Van Gogh.

Kiefer – Royal Academy – Morgenthau Plan, 2013 – 3 tableaux inspirés par Van Gogh.

Kiefer - Royal Academy - Ages of the World, 2014

Kiefer – Royal Academy – Ages of the World, 2014

Kiefer - Royal Academy - Intérieur (Reichshalle in Berlin), 1981

Kiefer – Royal Academy – Intérieur (Reichshalle in Berlin), 1981

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.