Le musée municipal de La Haye est situé dans les quartiers résidentiels et verts de la capitale néerlandaise. Dessiné dans le style Art nouveau un peu anguleux de Berlage, c’est le deuxième musée du pays après le Rijksmuseum. On y trouve une excellente collection du XXe siècle, comme il n’en existe pas dans la capitale belge. La Haye possède en outre un vrai trésor : la plus grande collection au monde de Mondrian et De Stijl. On y joue dans la cour des grands. Et la National Gallery of Art de Washington lui prête une expo Rothko complète !

Il y a une bonne raison : dans une de ses ailes, le musée montre la naissance de l’abstraction à l’époque du mouvement De Stijl jusqu’aux années américaines de Mondrian à New York. Rothko vient compléter chronologiquement, dans une autre aile, ce mouvement. En effet, son œuvre continue en quelque sorte celle de Mondrian. Mais on ne saute pas d’une tache à l’autre ! Tout comme Mondrian, Rothko développe une dimension spirituelle dans ses tableaux. Ce fut un élément important à la diffusion et au succès de son œuvre.

Marcus Rothkowitz est né près de Riga en 1903. La future Lettonie était alors russe. Ce n’était pas un paradis pour la population juive. Les parents de Ferdinand Schirren, peut-être notre seul peintre réellement fauve, avaient déjà émigré de Riga à Anvers à cause des pogroms. Le père de Marcus part aux Etats-Unis en 1910 et la famille le suit trois ans plus tard. Le petit Marcus est un élève doué et il réussit même à obtenir une bourse pour Yale ! Il ne termine pas ses études mais s’intéresse beaucoup au théâtre, à la musique et finalement à la peinture.

En 1944, Mondrian meurt à New York. Le divorce entre Rothko et Edith Sachar est prononcé. Peggy Guggenheim commence à le représenter. Le photographe Aaron Siskind lui présente une jeune illustratrice, Mell Beistle, qui deviendra sa deuxième femme. Sa peinture évolue vers sa forme définitive, de grands aplats de couleur aux contours incertains. La critique les interprète comme des sortes d’icônes modernes. Un espace sacré qu’on aborde à travers la contemplation. Que ces œuvres soient davantage à leur place dans des chapelles que dans des restaurants est aujourd’hui une évidence. Le Gemeentemuseum dispose d’ailleurs d’une série de petits salons qui permettent de se concentrer sur un seul tableau. C’est moins le cas dans les grandes salles où des œuvres de plusieurs périodes se côtoient. Le peintre s’est suicidé en 1970.

Mark Rothko
Gemeentemuseum Den Haag
La Haye
Jusqueau 1er mars 2015
www.gemeentemuseum.nl 

 

Red Band, 1955, Untitled, 1956, National Gallery of Art, Washington, Don de Mark Rothko Foundation,Inc.
Red Band, 1955, Untitled, 1956, National Gallery of Art, Washington, Don de Mark Rothko Foundation,Inc.
Livre : Untitled, 1953, National Gallery of Art, Washington, Don de Mark Rothko Foundation,Inc.
Livre : Untitled, 1953, National Gallery of Art, Washington, Don de Mark Rothko Foundation,Inc.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.