Maison Particulière accueille jusque fin décembre les œuvres d’artistes italiens. Sur le thème de la joie, concept parfois démodé à une époque de conflits viscéraux, les tableaux, photos, vidéos présentés offrent un parcours terriblement plaisant. Les collectionneurs issus de Rome, Vérone et Turin décrivent leur univers d’art comme una storia privata, une histoire privée qui nous plonge avec sincérité dans la beauté de la dolce vita.

Ces trois collections, tant les photos appartenant à Ana Rosa ou à Giovanni Cotroneo, que les autres œuvres issues de la fondation turinoise de Patricia Sandretto Re Rebaudengo, se donnent pour mission d’encourager la jeune génération. L’artiste invité, Flavio Favelli, donne à voir un travail spatial fait d’assemblages hétéroclites d’objets du quotidien qui ont souvent une charge émotionnelle bien plus puissante que celle liée à leur généralité. L’Italie, c’est une foule de clichés qui nous viennent en tête : la séduction, les motocyclettes, le café, les chaussures et, évidemment, le cinéma. On a l’occasion ici de redécouvrir une sélection de films de l’après-guerre à aujourd’hui de Germi, Pasolini, Fellini…

Comment rester insensible aux charmes de cette Italie vécue sinon rêvée ? Au cours de notre visite, nous avons particulièrement apprécié certaines œuvres. Au premier étage, les immenses cartes à jouer de l’américain Hugo Markl avoisinent les néon Cina de Flavio Favelli, sorte de réminiscence du cinéma d’avant. Au-dessus du piano est suspendu un œuf réalisé par la Britannique Sarah Lucas qui répond aux papillons de son compatriote Damien Hirst. L’ours à plumes intitulé Have you seen me before de Paola Pivi et la série Playground de Ivan Mikhailov nous ramènent en enfance. La photo La tempesta montrant le mouvement d’une vague sur fond bleu est de toute poésie tandis que Martini Mousetrap est d’un humour surréaliste. Attardez-vous sur les tickets de caisse belges agrandis du mexicain Gabriel Kuri qui sont en réalité des tapisseries Gobelin ! Que de l’humour dans la photo de Karen Knorr The Artist, the Model, the Art critic and the Spectator : soyez observateur ! La motocyclette est honorée sous toutes ses coutures par Gabriel Orozco tandis que les amoureux sont sublimés par Gianni Berengo Gardin. Archi sensuelle, l’œuvre de Lucien Clergue, nudité de femme sur fond de dunes, et philosophique, le château de sable de Gianni Caravaggio à différents stades : What does your soul look like 2. Last but not least, nous avons adoré la photo surprenante de Luca Pozzi et le café volant de Bruno Esposito. What else… ?

La Joie de Vivre
Maison particulière
49 rue du Châtelain
1050 Bruxelles
Jusqu’au 21 décembre 2014
Du mardi au dimanche de 11h à 18h
www.maisonparticuliere.be

 

Flavio Favelli - Cina, 2010 - Courtesy of the artist and Francesco Pantaleone Arte Contemporanea, Palermo, Copyright Giacomo D'Aguanno Andrea Galvani - Death of an image #9, 2006 - Courtesy Artericambi, Verona - © the artist Paolo Mussat Sartor - Gambe, 1992-93 - Courtesy of the artist

La Gioia, Maison Particulière

La Gioia, Maison Particulière

La Gioia, Maison Particulière

La Gioia, Maison Particulière

La Gioia, Maison Particulière

La Gioia, Maison Particulière

La Gioia, Maison Particulière

La Gioia, Maison Particulière

La Gioia, Maison Particulière, photo Aurore t'Kint

La Gioia, Maison Particulière, photo Aurore t’Kint

Une réponse

  1. Antoinette

    ce que vous faite est très intéressant et pointu ! J’ai une maison de ville dans paris que je loue pour de courtes durées , à des artistes et collectionneurs. (Paris photos, Fiac et autres temps fort à paris) N’hésitez pas à faire suivre mon lien ou à me contacter lors d’un prochain passage à paris. Bravo Antoinette

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.