Les BAD, c’est bien!

C’est la septième édition des Brussels Art Days du 13 au 14 septembre, deux jours d’ouverture en continu pour 29 galeries bruxelloises, un événement qui lance la saison des expositions en galerie dans la capitale. Plusieurs galeries se greffent sur ces dates pour ouvrir et profiter du flux de visiteurs sans faire partie du club BAD… et plusieurs lieux font leur ouverture le vendredi 12 à partir de midi. Ce qui nous donne la possibilité d‘étaler nos visites sur trois jours. Formidable!

On ira revoir avec plaisir le nouveau espace dont tous les aficionados de l’art contempo parlent, les quatre galeries situées 67 rue de la Régence: Catherine Bastide, avec William Pope.L; Jan Mot; Micheline Szwajcer (une collective comprenant entre autres David Claerbout, , Ann Veronica Janssens, On Kawara, Bernd Lohaus, Guy Mees…)et Waldburger Wouters. Dans le même coin, on ne manque pas Sorry We’re Closed ainsi que l’américaine Galdstone Gallery.

Autour de l’avenue Louise, le nouvel axe des galeries : Aeroplastics, qui s’y plaça le premier il y a plus de 20 ans, avec une expo collective d’un ton suranné qu’on est impatient de découvrir. Juste à côté Templon, pour sa première année d’existence, célèbre Claude Viallat… en association avec Albert Baronian, qui intègre l’artiste français dans un group show avec Sarah Braman, Ethan Cook, Daniel Dezeuze, Noël Dolla, Joe Fyfe, Lucas Knipscher, Larissa Lockshin.

Chez Valérie Bach, c’est Yves Zurstrassen qui a les honneurs, avec de grands formats qui font écho à ceux qu’on avait pu voir en juin au Salon d’Art. Et chez Rodolphe Janssen, Thomas Lerooy, qu’on voit décidément partout, occupe le nouveau lieu du galeriste (32, rue de Livourne), faisant face à la galerie principale. Almine Rech accueille un collectif new-yorkais, The Bruce High Quality Foundation qui mixe humour, irrévérence, critique sociale et références de l’histoire de l’art. Frais !

Deux pas plus loin, on ira (re)voir avec plaisir l’artiste albanaise Anila Rubiku représentée par la galerie Catherine Jozsa. Ainsi que chez Feizi, Pascal Haudressy, le premier artiste non asiatique de la galerie. Chez Keitelman, on découvrira les sculptures de Ron Gilad qui joue avec finesse et humour des codes du minimalisme.

La galerie Obadia expose Ricardo Brey cubain, et belge d’adoption, qu’elle a déjà exposé à Paris, en 1994. L’appartement de Elaine Levy, rue Fourmois, est devenu uniquement une galerie et est rebaptisée, Levy-Delval. On y découvrira le travail de Spencer Longo.

On note une conversation croisée, vendredi 12 à 11h30, à The Hotel (38 bd de Waterloo, 1000 Bruxelles) entre Yamila Idrissi, Rudi Vervoort et Michel Draguet sur « Comment transformer Bruxelles en la plus importante capitale de l’art contemporain en Europe. » Y sera sûrement abordé le sujet du « futur » musée d’art contemporain. Le débat sera modéré par Pierre Yserbyt, collectionneur et administrateur de Aedifica et de la Herbert Foundation.

Brussels Art Days
13 et 14 septembre
(Certaines galeries ouvrent dès le 12 à 12h)
de 12h à 19h
http://www.brusselsartdays.com/

unnamed

files-fichier_942-smoking-roof-c-ron-gilad

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.