Attention, vous n’avez plus que que quelques jours pour voir l’installation absolument grandiose et délirante qui envahit tout l’espace de la galerie Almine Rech. Faite de dizaines d’objets en pâte à modeler Play Dough, mégots, canettes, bouteilles qui encerclent des personnages dont la tête est un écran de télévision. Y défilent des incendies, des accidents naturels, le 11 septembre et autres catastrophes. Ces silhouettes noires dont la tête est littéralement emplie des terribles nouvelles du monde titubent, perdent l’équilibre, chutent ou sont effondrées sur le sol. Le visiteur circule librement au milieu des déchets reconstitués. Sur le mur du fond, une reproduction en noir et blanc de la peinture de James Ensor, L’Entrée du Christ à Bruxelles, sert de point d’appui historique pour la violente critique sociale qui explose ici. Ca décoiffe, ça pète, c’est puissant et violent !

Cette installation est le travail d’un collectif new-yorkais, The Bruce High Quality Foundation, qui mêle humour irrévérencieux, critique sociale acerbe et références à l’histoire de l’art. Le groupe a été formé en 2003 par un nombre (inconnu et gardé secret) d’anciens étudiants de Cooper Union, une prestigieuse école d’architecture, d’art et d’ingénierie au cœur de Manhattan. Ses membres, qui travaillent tous sous le nom de « Bruce », sont restés anonymes.
Ils tirent leur nom de l’histoire apocryphe d’un « sculpteur social » nommé Bruce High Quality qui serait prétendument mort dans les attentats du 11 septembre. L’objectif que le groupe s’est fixé est donc de continuer le type de travail effectué par feu Bruce et de faire honneur à son héritage.

Le collectif a fait parler de lui dans le monde de l’art pour la première fois en 2005 avec The Gate: Not the Idea of the Thing but the Thing Itself. Dans ce projet, les membres du collectif étaient embarqués à bord d’un skiff d’apparence précaire qui transportait une maquette d’un des « Gates » ou « portiques » de Central Park de Christo et suivaient le « Floating Island » de Robert Smithson autour de l’île de Manhattan – un réel événement de l’establishment artistique, organisé par le Whitney Museum.

Le groupe a exposé à la Whitney Biennial de 2010, à la Lever House, à la Bruno Bischofberger Gallery et à Brown University ; il a également fait l’objet d’une rétrospective en 2013 au Brooklyn Museum of Art. Selon Eugenie Tsai, commissaire de l’exposition au Brooklyn Museum, « les BHQF [leur acronyme] ne sont pas des créatures institutionnelles, mais le monde de l’art les a totalement adoptées. Ce sont simultanément des insiders et des outsiders, une position assez inhabituelle ».

Pour l’exposition Vive la Sociale !, la Bruce a choisi comme source d’inspiration un des premiers monuments de l’art moderne en Belgique, L’Entrée du Christ à Bruxelles de James Ensor en 1889, une œuvre de 1888 aujourd’hui conservée au J. Paul Getty Museum de Los Angeles. Cette allégorie moderne de la société par Ensor offre un point d’appui parfait pour l’incessante quête artistique et imaginaire de la Bruce.

Vive la sociale!
The Bruce High Quality Foundation
Galerie Almine Rech
20 rue de l’Abbaye
1050 Bruxelles
Jusqu’au 1er octobre
Du mardi au samedi de 11h à 19h
http://www.alminerech.com/

 

© 2014 Sven Laurent - Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent – Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent - Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent – Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent - Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent – Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent - Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent – Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent - Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent – Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent - Let me shoot for you

© 2014 Sven Laurent – Let me shoot for you



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.