A la galerie Continua de San Gimignano, il faut se présenter et demander d’être guidé vers un appartement privé situé dans un palais médiéval de la piazza della Cisterna. Là, dans cet espace privé aux murs pelés sur lesquels on distingue des restes de fresques décoratives, dans une atmosphère imbibée du bleu ciel des murs, la découverte des dessins et sculptures de Kiki Smith est un ravissement.

C’est l’artiste elle-même qui a choisi cet espace non public, accessible après avoir grimpé courageusement quatre étages. Dans cet appartement vidé de tous ses meubles, des dessins sur papier népalais, à l’encre de chine rehaussée d’aplats d’argent ou d’or, présentent des corps de femmes, quelques animaux, des oiseaux.  C’est poétique, étrange, hors du temps. La délicatesse du trait, les thèmes abordés, classiques et narratifs, sont un régal sur ces murs marqués par le temps et les désastres de l’impermanence.

Kiki Smith a constamment expérimenté. Elle a travaillé la laine, le textile, le verre, la cire, la porcelaine, le bronze, l’acier, la pierre, le bois, le papier, le plâtre, les résines, l’argent et l’or… Elle dessine, crée des installations vidéo, photographie, imprime, brode des tapisseries.

L’artiste occupe encore deux espaces mis à disposition par la galerie: une salle voutée à la large charpente de bois foncé: elle y a installé des oiseaux ciselés en argent qui s’envolent sur les murs. Et les fondations d’une de ces fameuses tours qui garnissent si caractéristiquement le ciel au dessus de San Gimignano. Sur ces murs très bruts, presque éffondrés, est installée une voie lactée d’étoiles d’argent, qui ouvre cet espace sombre et bas à l’infini du ciel.

Kiki Smith est née en 1954 à Nuremberg. Elle a grandi dans le New Jersey et s’est installée à New York en 1976. A la fin des années 70’ ‘elle devient membre de COLAB (Collaborative Project Inc.), un collectif d’artistes travaillant abordants des sujets sociaux, en dehors du circuit traditionnel des galeries. Depuis, elle a participé à de nombreuses expositions collectives dans des institutions majeures comme le Moma de New York, le San Francisco Museum of Modern Art en 2005, la biennale de Florence en 199§, 1997, 1998, la biennale de Venise en 1993, 1999, 2005, 2009, 2011. Une de ses dernières expositions Les Papesses, à Avignon,  en 2013, en compagnie de Camille Claudel, Louise Bourgeois, Jana Sterbak et Berlinde De Breyckere. Ce parcours brillant est à mettre en perspective contrastante avec la grande délicatesse et la poésie intime de son travail à voir aujourd’hui chez Continua.  A ne pas manquer!

Path
Kiki Smith
Galleriacontinua
San Gimignano
Italie
Du lundi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 19h
Jusqu’au 30 août
www.galleriacontinua.com

KISM2014de KISM2014db Coordinant KISM2014_01dd KISM2012_08da KISM2005_01db

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.