Le musée Marthe Donas de Ittre est installé dans ce qui fut appelé le château Bauthier, devenu aujourd’hui un espace géré par la commune, et où l’artiste vécu durant vingt ans avec sa fille. Celle-ci, devenue religieuse, fit construite une petite chapelle dans la propriété. Elle offrit en prêt un certain nombre d’oeuvres de sa mère, artiste méconnue qui créa en deux temps, en deux deux carrières distinctes, comme beaucoup de femmes. D’origine anversoise, Marthe Donas (1885-1967) découvre le cubisme et le modernisme à Paris pendant la première guerre mondiale. Après un séjour à Nice où elle rencontre le sculpteur Alexandre Archipenko, elle retourne à Paris en 1918, et devient comme lui membre du groupe de la Section d’Or. Elle y côtoie Larionov, Gleizes, Survage et Van Doesburg. Autour de 1920, son œuvre est exposée à travers l’Europe et elle intrigue l’avant-garde sous le pseudonyme masculin de Tour Donas. Ses toiles et dessins cubistes mêlent les formes de ce mouvement avec des teintes d’une grande douceur, des sujets intimes, des « Mère à l’enfant », des natures mortes dont la représentation file souvent vers l’abstraction pure. De retour en Belgique, des circonstances familiales la contraignent à abandonner la peinture. Mais, en 1947, après une interruption de vingt ans, elle reprend ses pinceaux et entame pleine d’enthousiasme une seconde carrière. En 1949, elle expose à la galerie Apollo à Bruxelles des peintures figuratives où elle recherche à nouveau le mouvement des formes, des couleurs et des lignes dans le tableau. A partir de 1958, elle revient à l’abstraction. Une grande exposition lui est consacrée en 1960 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

Une année d’acquisitions Le petit musée communal Marthe Donas, créé en 2006, porté à bout de bras par quelques Ittrois passionnés, bien de recevoir plusieurs donations qui élargissent de manière conséquente ses collections. C’est la donation de plusieurs dizaines d’œuvres d’artistes belges du XXème s. par l’historien de l’art Serge Goyens de Heusch qui a enclenché et entrainé d’autres donations. A voir jusqu’au 7 septembre, des œuvres d’artistes femmes, dont deux très beaux Donas, ainsi que des œuvres sur papier d’artistes belges du XXème s. On trouve M. Quinet, S. Thienpont, G. Van Lange, M. Grosjean… mais aussi Brusselmans, Bertrand, Lismonde, Vandercam, Somville, De Bolle, Vinche… Concernant Marthe Donas, des dépôts conclus avec la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Province du Brabant Wallon ainsi qu’un achat par le musée lui-même offrent une très belle opportunité de découvrir plusieurs facettes de l’artiste. On pointe Les Buveurs, de 1947, dans des tons étonnants pour Donas, mais à la belle composition structurée, une délicate Femme se poudrant, de sa première période. Dans les œuvres sur papier, un facétieux Lionel Vinche, avec un éléphant sous une table, une belle gravure sur bois de Brusselmans, un Air-mail de Mig Quinet, plein d’humour. L’accrochage manque un peu de structure et de cohésion, il semble que l’ensemble des donations doive encore trouver sa colonne vertébrale. Nous attendons avec impatience l’exposition d’octobre « Marthe Donas, Berthe Dubail et Odette Collon, au seuil de l’abstraction » pour nous renseigner sur là-dessus.

Une année d’acquisitions
Jusqu’au 7 septembre
Samedi et dimanche de 14h à 17h

et

Marthe Donas, Berthe Dubail et Odette Collon, au seuil de l’abstraction
Du 4 octobre au 9 novembre
Musée Marthe Donas
36 rue de la Montagne
Ittre
http://www.museemarthedonas.be/

Marthe Donas -"Femme se poudrant »- 1918- huile sur balatum

Marthe Donas -« Femme se poudrant »- 1918- huile sur balatum

photo-1 photo-22-e1408621280268 photo-32

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.