Reine à 18 ans, mariée à deux de ses frères, deux amants, quatre enfants, dont trois avec Antoine, Cléopâtre se suicide à 39 ans par piqûre de serpent. Un destin étonnant, d’une grande violence, qui s’est immortalisé dans un mythe au cours des siècles. C’est une amusante exposition assez pédagogique sur le mythe de Cléopâtre qui est à voir à la Pinacothèque de Paris.

Personnage hors normes de l’Histoire, Cléopâtre est aussi célèbre que César, Charlemagne ou Napoléon. Pourtant c’est une femme. Que savons-nous d’elle? Sur le plan archéologique, il existe peu de pièces. Les témoignages et avis historiques sont largement contreversés. Aujourd’hui, on connait d’elle une beauté hors du commun ainsi que des aventures amoureuses avec deux des hommes les plus puissants de l’époque. Cette image se forge de son vivant et prend de l’ampleur au fil des siècles, construisant un mythe dont l’aura variera de la femme adultère à la femme puissante, de la putain à la femme fragile, de la stratège à la victime. Aucune reine n’est restée plus célèbre alors qu’on ne connaît pas l’exactitude de ses traits. Elle fut présentée égyptienne, mais aussi nibienne ou africaine, alors qu’elle fut grecque.

C’est Blaise Pascal qui écrira : “Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait été changée” (Pensées). Ce fantasme absolu se perpétue dans les oeuvres de nombreux artistes et jusque dans la bande dessinée d’Astérix et Obélix, où Panoramix, le druide, s’extasie sur le nez de la reine.

Cléopâtre est une jeune grecque de 18 ans, descendante de Ptolémée 1er, fils de Lagos, général d’Alexandre le Grand, qui reçoit l’Egypte en partage à la mort de l’Empereur et devient pharaon pour asseoir son pouvoir et dirigert cette province. Elle naît en 69 avant J.C. Associée au règne de son père dans les derniers mois qui précède sa mort, elle épouse son frère âgé de 9 ou 10 ans, Ptoloémée XIII, pour maintenir la dynastie. A l’âge de 18 ans, elle devient ainsi reine. A Rome, Pompée est vaincu par César. Cherchant refuge en Egypte il sera assassiné par Ptolémée XIII.

Cléopâtre s’introduit chez César, avec la complicité d’un serviteur, enroulée dans un tapis. Une romance (dit-on) démarre. Son jeune mari et frère meurt par noyade, elle accouche d’un enfant de César, Césarion.  Retablie sur le trône, elle épouse son autre frère, Ptolémée XIV (vous suivez?). Vivant à Rome avec César, elle assiste au quadruple triomphe de celui-ci: la Gaule, l’Egypte, le Pont, et l’Afrique tombent entre ses mains. Après l’assassinat de César en -44, elle rentre à Alexandrie. Sa position est fragilisée. C’est Antoine, au faîte de sa gloire militaire, qui convoquera Cléopâtre. Allant à sa rencontre, elle préparera “ beaucoup de présent et d’argent, et tout l’apparat dont devait naturellement se pourvoir une reine qui avait un haut renom et un royaume prospère. Mais c’est surtout en elle-même, en ses charmes et en ses philtres qu’elle plaçait ses principales espérances”, raconte Plutarque, dans la “Vie d’Antoine”. Elle aura trois enfants avec son amant. Ils vivront ensemble jusqu’à la fin de leur vie.

En -30, Cléopâtre se suicide, elle a 39 ans et a rêgné 22 ans. Le mythe de la femme fatale vivant dans le luxe et disposant de fabuleuses richesses se construit. Pline l’Ancien rapporte l’anecdote de la perle dissoute dans le vinaigre, Aux XIV è et XV è s., Cléopâtre devient chez Boccace “la putain des rois d’Orient” et chez Dante une “créature luxurieuse”. Comme quoi, ça n’a jamais été confortable d’être une femme de pouvoir.

De la romance supposée qu’elle a vécue avec César puis Marc-Antoine, dont on ne sait pas aujourd’hui s’il s’agit de véritables histoires d’amour ou d’actes politiques et stratégiques, à son suicide par venin de serpent, quels sont les éléments qui on fait de cette histoire personnelle un mythe qui a hanté et hante encore les esprits?

Une première partie d’exposition, assez courte, présente des pièces archéologiques, quelques sculptures ainsi que de très beaux bijoux en or. Elle précède les incarnations du mythe dans la peinture ancienne, du 16è au 19ème s. Ainsi, “La mort de Cléopâtre”, de Achille Glisenti, en 1878, présente la reine mourante, dans une pose sensuelle, une main tenant encore l’aspic qui l’a mordu. Sur le même sujet, Giovan Francesco Guerrieri la présente couronnée, un sein nu et blanc, un serpent entre les mains…

Les dernières salles montrent le personnage dans théatre, les arts décoratifs, le cinéma et l’opéra, au 20ème s. Et ses incarnations, à savoir: Sarah Bernhardt, Liz Taylor ou Monica Bellucci. On peut voir la cape de Cléopâtre pour le film du même nom (1963), entièrement de fils d’or, portée par Liz Taylor lorsqu’elle rend visite à Antoine, sur une char d’or tité par de nombreux esclaves. Ou les costumes réalisés en 1989 par le sculpteur italien d’Arnolod Pomodoro pour la pièce de théatre “La mort de Cléopâtre”, d’Ahmad Sawqui. Le propos est un peu léger, on airait aimé une analyse plus profonde de la création du mythe, mais c’est ludique et bien mené. On y va avec les enfants!

Le mythe Cléopâtre
Pinacothèque de Paris
Jusqu’au 7 septembre

www.pinacotheque.com

www.thalys.com

526x297-EVw manteau-delisabeth-taylor-dans-le-film-clc3a9opc3a2tre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.