Donner un mot en pâture. Un mot étincelle. Le laisser infuser, s’insinuer et exploser en un nombre incontrôlé de phrases. Eviter la question qui fâche, qui met en avant, qui cherche sa réponse. Laisser l’interlocuteur libre d’offrir un souvenir, un poème, une pensée. Chaque artiste qui s’adonne à ce jeu montre son caractère : rêveur ou terre-à-terre, pragmatique ou théorique, enjoué ou grave, spontané ou réfléchi… Ainsi va le Jeu des mots. Ici et maintenant, celui de Richard Texier. 

Enfance

« L’enfance est un paradis perdu pour chacun d’entre nous. On y revient toujours pour y renouer avec ses fondamentaux. Pour un artiste, c’est peut-être le territoire le plus riche. Puisqu’il faut choisir et n’évoquer qu’une anecdote, je vous parlerai donc du marais poitevin dans lequel j’ai vécu pendant longtemps. Scolarisé un peu tard – c’était possible il y a un peu plus de cinquante ans –, je partais tôt le matin avec ma barque. C’était comme pénétrer dans une matrice, un territoire sauvage et enchanté. Je maîtrisais cet environnement car j’y étais né, et puis, j’y avais quelques amis, notamment des paysans qui élevaient des vaches, qu’ils allaient traire, dans des champs entourés d’eau. Je me souviens qu’un jour, en voulant saluer Louis qui ramenait ses bidons de lait sur sa barque plate, j’en ai renversé un. Il y avait peut-être cinquante litres à l’intérieur. Je devais avoir huit ans. L’eau noire et immobile du marais parée d’une brume matinale est devenue blanche. Le lait, comme une espèce de ferment mental, s’est répandu provoquant en moi une intense émotion plastique, alors même que j’étais désolé d’avoir provoqué cette chute. Juste tiré, à la fois chaud et gras, le précieux liquide est resté à la surface. C’était d’une très grande beauté. »

Astronomie

« L’astronomie est le territoire de l’énergie et de la mutation. Un tableau est toujours une métaphore du chaos originel, il va de ce dernier vers un cosmos, vers un point d’équilibre. Au début, j’installe des matières magmatiques pour créer un substrat et de l’énergie pour faire naître un champ magnétique, un désir violent de voir se réaliser l’œuvre. Peu à peu, au sol, s’applique, par lés, la couleur, qui dévoile la toile, un peu comme un révélateur fait surgir le sujet d’une photographie. …

Dans le cadre d’un partenariat avec le site Arts Hebdo Medias, un site français d’information dédié à l’art contemporain, nous vous proposons de lire la suite de cet article sur http://www.artshebdomedias.com/article/180414-richard-texier-au-point-equilibre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.