Parmi les (trop?) nombreuses expositions 14-18, celle des Archives d’Architecture Moderne, à Ixelles est bien originale. Elle touche des dimensions peu traitées: les soldats belges en captivité, la profusion de monuments aux morts après 1918 et la redécouverte de cet art “patriotico-tumulaire” pendant les années 1970, par Jean-Marie de Busscher, dans Charlie Mensuel.

Henri Derée, un jeune architecte bruxellois, est fait prisonnier, dans le Limbourg, pendant la deuxième semaine de la guerre. Il est détenu dans 3 camps de prisonniers en Allemagne. Il a eu l’occasion de dessiner ce qu’il pouvait voir dans les environs des camps, et la vie des prisonniers, belges, russes, anglais… du moins au début. Sa santé s’est dégradée et il est transféré dans un camp de malades en Suisse, où il est relaché après l’Armistice.  Il apporte un témoignage unique de la vie toujours plus dure dans les camps.  Derée reprend ensuite sa vie d’architecte et réalise des cités-jardins,  des immeubles à appartements et … des monuments commémoratifs aux héros de la Grande Guerre.

Ces monuments, on a l’impression d’en voir partout. Pourtant, en 1918 les états et les municipalités étaient ruinés. Mais il y avait une forte demande. Vous découvrez ici de nombreux projets grandioses (en dessin), jamais réalisés. Des monuments plus modestes furent construits un peu partout, et l’exposition propose  une typologie bien utile, qui comprend e.a. le monument campagnard et même le monument prefab (il n’y que le nom qui diffère). Cette exposition illustre la grande richesse des archives!

Les AAM publiaient, il y a exactement 33 ans, un livre absolument pionnier dans ce domaine: ‘Les Folies de l’Industrie’ de Jean-Marie de Busscher. Il y est toujours en vente d’ailleurs. De Busscher, très touche à tout, mais surtout 14-18, avait une licence en histoire de l’art (ULB), était artiste (peintre), marin, acteur, auteur de bandes dessinées, décorateur (théâtre), écrivain et journaliste. Il travaillait pour la presse parisienne, notamment la revue Charlie Mensuel, devenue une icone de l’époque. C’est là qu’il publiait sa vision personnelle sur la première guerre. Il s’intéressait particulièrement au Kaiser allemand, qui n’hésitait pas à inspecter ses troupes en compagnie de ses chiens de chasse…

L’exposition est accompagnée de trois publications :

1914-1918, Henri Derée, Dessins, Textes de Maurice Culot, 4-lingue, 189 p. Editions AAM, 40€

14-18 L’Art patriotico-tumulaire. Chroniques de Charlie Mensuel. Jean-Marie de Busscher, dessin préface de Willem, Editions La Bibliothèque, 203 p. 16€

Jean-Marie De Busscher, Les Folies de l’industrie, Editions AAM, 1981, 280 p. 20€

Archives d’Architecture Moderne
CIVA
55 rue de l’Ermitage
1050 Bruxelles
Jusqu’au 29 septembre

www.aam.be

monuments-aux-morts-003

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.