“Nous sommes tous le résultat de multiples croisements. Nous sommes tous des poules baguées. Nous avons toujours le choix entre la peur et l’amour.  C’est le moment de choisir l’amour. » Ainsi s’exprime l’artiste Koen Vanmechelen qui a installé le 1er avril au château de Chimay son projet “Comsmopolitan Chicken Projet” (CCP), un poulailler avec deux poules et un coq. La nouvelle pouletest autrichienne, en hommage aux origines de la Princesse de Chimay, qui ne manque pas d’humour.

Cela fait 17 ans que Koen Vanmechelen croise différentes races de poules afin d’obtenir une poule cosmopolite symbolisant la diversité et l’hybridation. Sa démarche intéresse autant les milieux artistiques que les milieux scientifiques! Pour l’artiste, cette hybridation redonnera force à l’espèce. Fini la poule anglaise, française, de Flandres… La 18ème génération s’apprête à éclore dans le poulailler et la couveuse installés jusqu’au 31 juillet dans la Maison des Artistes attenante au château. Y naîtront des poussins dont les couleurs seront étudiées avec intérêt et référencées sur des fiches signalétiques. Dans le château, plusieurs oeuvres sont à voir, toutes sur le thème du croisement.

Ici, un fauve, un oeuf d’autruche et des ailes de rapace sont mis ensemble, formant un être étrange, dérangeant qui pourtant exprime quelque chose de chacune de ses parties: la force et la vélocité du fauve, la puissance du rapace, l’espoir et la rotondité de l’oeuf. L’oeil comprend ce qu’il voit, l’esprit associe les images qui se percutent, le coeur sursaute de tant d’audace. Cette oeuvre applique jusqu’à l’absurde l’idée d’une hybridation libératrice mélangeant tout pour échapper à la peur.

Koen Vanmechelen travaille depuis ses débuts sur l’oeuf et la poule. La portée symbolique de ces deux éléments de la nature: la question de l’origine, de la naissance, de ce qui constitue un être vivant, se rapporte bien évidemment à un questionnement plus profond sur ce qu’il est lui, en tant qu’être humain.

The Cosmopolitan Chicken
Koen Vanmechelen
Château de Chimay
www.chateaudechimay.be
Jusqu’au 31 juillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.