Filer un mauvais coton

waddenEst-ce que peindre, c’est tracer des formes sur une surface? Est-ce que peindre, c’est créer une composition de couleurs et de formes? Alors Brent Wadden est peintre. Pourtant il ne peint pas. Il tisse.

Sans le savoir, pour composer ses toiles abstraites faites de laine, de coton, de trames et chaînes, cet artiste canadien né en 1979 a réinventé une technique de tissage utilisée traditionnellement au Sénégal, entre autres. Avec une petit métier à tisser, il crée de longues pièces de tissu larges de seulement 15 à 20 cm. Sur ces longues bandes, il change de couleur en tissant une diagonale. Lorsqu’il a obtenu plusieurs pièces de mêmes longueurs, il les associe et les coud ensemble. Ensuite, l’oeuvre, de format carré, est tendue sur un châssis, comme la toile d‘un peintre.

La trame et les fils de chaîne sont travaillés en deux tons : noir ou bleu très foncé et blanc ou presque blanc. Au gré des trouvailles et des récupérations. Les laines et autres fils, Wadden les trouvent sur Ebay, Craiglist ou dans les friperies. L’idée étant de ne pas consommer, de récupérer, de redonner vie. On trouve, entremêlés à ces matières abandonnées et anonymes, des morceaux de tissus donnés par la famille et les amis.

Wadden incarne l’esprit de rébellion de la contre-culture et de l’anticonsumérisme décrit par Pénélope Spheeris en 1981 dans sa chronique de la scène punk de Los Angeles. Mais Wadden, ce néo-punk, renonce à l’esprit de destruction. Au contraire, il articule son travail sur des notions de renouvellement et de durabilité. Il cherche à extraire du beau de matériaux simples et pauvres.

C’est le rythme des volumes et la composition, rigoureuse, forte, répétitive comme un mantra qui sauve les créations de Wadden de leur aspect artisanal. Sur toutes les grandes toiles accrochées à la galerie Almine Rech se dit un hommage à l’Art moderne, ainsi qu’une intensité vibrante. Si vous passez par là et que Wadden est sur place, il vous montrera son métier à tisser de voyage, qu’il emporte partout pour tisser quand il le veut, de manière presque médiative.

Brent Wadde
The Decline
Almine Rech Gallery
20 rue de l’Abbaye
1050 Bruxelles
Jusqu’au 24 mai

www.brentwadden.com

http://www.artistintheworld.com/html/artist_036.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.