Franz Erhard Walther est un Allemand né en 1939. Toute sa vie, il s’est occupé de décomposer, de déconstruire l’oeuvre d’art en tant qu’objet immuable, posé sur un socle ou accroché au mur. En la décomposant, il l’a reformatée. Son travail minimaliste est déroutant, étrange mais aussi joyeux et ludique. Utilisant des grandes formes en tissu de couleurs vives qu’il pose sur le sol, il investit l’espace, créant une large sculpture, composant une oeuvre abstraite faite d’aplats et de volumes. Cette oeuvre est unique. Posée ailleurs, dans un autre espace, elle aurait été différente. Les éléments auraient été déposés dans un autre ordre, non connu. De plus, le visiteur peut manipuler les formes. Y passer la tête, les empoigner, les enfiler. L’ensemble, coloré, ludique, graphique, est ainsi en permanente mutation, en lien avec le lieu qu’il occupe et le spectateur qui le regarde. L’oeuvre devient l’assemblage de ses formes et du regard qui se pose dessus. L’oeuvre est cette performance silencieuse et surprenante.

Au niveau de la composition, si l’on pouvait observer l’ensemble  du plafond, on y trouverait l’influence de Mondrian : les formes géométriques, les droites, les aplats, les couleurs vives qui se répondent en un rythme musical. Il y a aussi un côté théâtre,  jeu de rôles, puisque ces formes peuvent être manipulées, mises en scène par le visiteur, jouer un rôle, entrer en dialogue (sous l’œil d’un assistant, tout au long de l’exposition).

Imaginez ce vieux Monsieur en chemise à carreaux qu’on a pu voir à l’ouverture de l’exposition, Franz Erhard Walther, aidé de quelques assistants, dépliant ses parallélipipèdes, ces demi-cercles, ces rouleaux de textile. Les plaçant là ou ici, cherchant l’endroit qui leur convient dans cette grande salle du Wiels. A l’étage, de très nombreux dessins d’archives. Walther est un dessinateur né. Il a beau produire une oeuvre minimaliste, il aime archiver ses expositions par le dessin. Une merveille de traits et d’écritures manuscrites. N’ayez pas peur, allez-y!

Franz Erhard Walther
Wiels
354 av. Van Volxem
1190 Bruxelles
Jusqu’au 11 mai

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.