Une grande dame de la photographie – Des géants velus

Une grande dame de la photographie

Lisette Model (Vienne 1901- New York 1983), est une photographe américaine d’origine autrichienne. Ses images sans concession ouvre le champ au courant de la “Street Photography” qui se développe à New York dans les années 40. Professeur de Diane Arbus, elle shoote sur le vif, sans entrer en contact avec ses sujets. La ville et ses bâtiments verticaux sont la toile de fond structurante de ses compositions touchantes  et fortes. C’est une très belle exposition en forme de petite rétrospective qui est à voir à la galerie Keitelman. Grâce à de nombreux clichés vintage, on découvre le rythme et le blues de cette artiste complète qui a aussi pratiqué la musique… qu’on retrouve de manière méthaphorique dans une forêt de pieds et de jambes sur un trottoir, dans les ombres et les blancs d’autres photos, dans la manière dont est cadrées une image… et aussi tout simplement dans les photos de musiciens et de chanteurs de jazz.lisette-model-reflections.1265665885

Model sait saisir l’instant où chacun de ses sujets semblent pleinement fixé dans l’action qui le définit: la baigneuse rit en sortant de l’au, les chanteurs s’époumonent bouche grande ouverte, la vieille coquette à voilette montre son meilleur profil. Les photos prises dans ses jeunes années dans les rues de Paris nous révèle la quintessence du regard d’une étrangère sur des personnages si bien sélectionnés qu’ils échappent à toute caricature. C’est beau, c’est touchant.

Lisette Model
Keitelman Gallery
Bruxelles

Des géants velus

images23C’est la troisième exposition solo de David Altmejd (1974, Montréal) à la galerie Hufkens. De grandes sculptures figuratives vous attendent: géants de plâtre, de fourrure, de cristaux ou de miroirs, bien plantés sur le sol, étonnants, dégageant une puissante présence . Ce sont bien des formes humaines, des géants comme le Hagrid de Harry Potter. Pourtant l’intention de l’artiste n’est pas représentationnelle. Il tente plutôt d’interroger le corps représenté et d’en extraire une énergie. Mêlant des matérieux étonnants, fruits factices, fourrure salie, cristaux pendants à certains endroits… C’est comme s’il avait ouvert ces géants imaginaires, mettant à vif leurs viscères, leur structure osseuse, puis faisant soudre d’eux des flux de vie. D’une salle à l’autre, ces scultpures monumentales ont toutes une présence réjouissante, virile, forte. Les silhouettes en miroirs sont plus évanescentes, mais on les sent bien plantées, elles aussi. D’autres géants sont formulés de manière plus classique en plâtre blanc mêlant moulage de mains, de visages et griffures profondes dans la matière. Goûteux.

David Altmejd
Galerie Xavier Hufkens
Bruxelles

Paru en février 2013 dans L’Echo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.