Passez entre les deux énormes roches qui encadrent l’entrée de la Bibliotheca Wittockiana. Puis, à droite, voici un antre sombre et intrigant. Une immense bilbiothèque, comme une grotte merveilleuse, a été reconstituée pour mettre en scène les sompteux dessins de François Schuiten. L’exposition “Le Temps des Cités” a été montée à l’occasion de la donation de plus de 1200 planches originales par ce redoutable dessinateur de BD.

Quelques 400 planches sont parties à la Bibliothèque nationale de France et 800 planches ont été données via à un Fonds Schuiten à la Fondation Roi Baudouin. “Le marché de la bd est tel,” explique François Schuiten, “que les planches de mes livres auraient sûrement été dispersées lors de ma succession. Je désirais préserver les albums, qu’on puisse éventuellement les republier. Les fichiers électroniques ne sont pas pérennnes. Dans 50 ans, on ne saura plus les lire car on aura plus les machines pour. J’ai donc choisi de faire cette donation.”

La Fondation Roi Baudouin a déjà permis à de nombeux artistes ou collectionneurs de pérenniser leurs ensembles. Ainsi Michel Wittock, créateur de la Bibliotheca Wittockiana, via le Fonds Wittock, en 2011 (voir article sur ce blog).

C’est une scénographie étonnante qui vous accueille dans une bibliothèque imaginaire. Tous les murs sont recouverts de bas-reliefs représentant les dos de nombreux volumes imaginaires. Ils servent de support aux planches de Schuiten et aux différents univers conçus par lui. Avec son frère Luc, tout d’abord, dans les trois albums de la série “Les Terres creuses”. “Métamorphose”, ensuite, qui rassemble deux histoires créées par Claude Renard. Les “Cités obscures”, enfin, son oeuvre la plus connue, réalisée avec Benoît Peeters, scénariste français. Ce sont d’ailleurs les planches des tomes des “Cités obscures” qui se passsent en France qui ont été données à la Bibliothèque nationale de France.

Délaissant la technique classique en bd d’impression au bleu (le dessin original à l’encre noire est imprimé en bleu sur une autre feuille, c’est celle-ci qui sert pour la mise en couleur. Ensuite, la version à l’encre noire est imprimée sur un film et superposé à la planche en couleur), Schuiten a dessiné à l’encre noire, au crayon et à l’acrylique sur la même feuille, pour un résultat riche en effets et en nuances. Personnages gracieux, paysages spectaculaires, voire déformés, architectures théatrales peuplent les dessins de l’artiste, avec onirisme, poésie et symbolisme.

Quelques objets en 3D commandé par Schuiten à des artisans, mi-utilitaires, mi-sculpture. Au centre de l’espace, un hommage à Nadar (Gaspard-Félix Tournachon, dit Nadar, 1820-1910, caricaturiste, aéronaute et photographe français), qui fit voler “Le Géant”, un immense ballon haut de 40M et contenant 6000M3 de gaz au dessus du Botanique à Bruxelles. “A cette époque, de nombreuses personnalités pratiquaient l’art et les sciences en même temps.”, explique Schuiten, qui se dit très inspiré par Nadar.

Dans la réserve précieuse, une table à dessin, quelques crayons: une belle mise en abîme du métier de dessinateur et créateur de livres.

Le Temps des Cités
Donation François Schuiten
Bibliotheca Wittockiana
23 rue du Bemel
1150 Bruxelles
Jusqu’au 19 avril
Du mardi au dimanche de 10h à 17h
http://wittockiana.org/

bd8cppzimaeva8o

François Schuiten, Bibliotheca Wittockiana, photo Muriel de Crayencour

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.