Emotions profondes

2010_outsider Marc Van Cauwenbergh est un artiste belge qui vit et travaille à New York depuis 1992. Il expose régulièrement aux Etats-Unis et en Europe. Ayant étudié à l’académie de Gand, il a peint d’abord de manière figurative. Il y a quelques années, il prend un virage définitif vers l’abstrait, en ayant fini avec la figuration, dit-il. Aujourd’hui, une très belle série de ses peintures est à voir à la galerie Art Track de Gand. Cette galerie se consacre à présenter le travail d’artistes qui sont dans la maturité de leur développement créatif.

Avec une grande subtilité de tons, qui semblent être inspirée par l’histoire de l’art des origines flamandes de l’artiste : vert doux, oranges et rouge légèrement passés, gris bleutés,… des aplats, des formes posées comme des nuages, ou de vagues silhouettes prennent vie sur les toiles et les papiers. C’est abstrait mais cela dit quelque chose, on croit apercevoir une présence, un arbre, un corps, quelques feuilles. « Il s’agit d’émotions. J’essaie de rendre compte des émotions ou des états d’âme qui me traversent. » explique Marc Van Cauwenbergh. « Je peins chaque jour ce qui m’occupe intimement. »

Sur toile de lin achetée lors de ses passages en Belgique, Marc Van Cauwenbergh pose la couleur directement sur la trame. Un jeu délicat se met en place entre le beige un peu râpeux du lin et la texture lisse et satinée de l’huile. Parfois calmes, parfois puissantes, les formes dérivent et décrivent un univers intérieur passionnant : on peut y voir de la joie, de la sérénité, de la tristesse, une sorte d’absence, de la colère. Les couleurs sont les seuls supports et pourtant quelque chose de très narratif se passe. On sent aussi – et c’est touchant -, le « métier » de l’artiste, qui, comme Kirkeby qu’on a pu voir à Bozar, peint depuis si longtemps, que derrière chaque forme posée sur la toile, la technique est transcendée : se lit directement ce que l’artiste avait à dire. N’est pas peintre qui veut.

Decline présente une sorte de fleur, suggérée par quelques pétales noires et vertes. Comme posés à l’instant sur le fond de toile de lin, les volumes suggèrent un végétal mais aussi une pensée un peu mélancolique, un secret qui serait contenu. Une autre toile mêle dix zones de couleurs distinctes. Dont un rouge sans qui suggère une silhouette et un aplat orange comme un visage de profil, cerné de fugaces pensées.

A l’étage, une belle série de peintures sur papier. Avec toujours la même palette délicate de tons, sur une base au rendu un peu laiteux. Ainsi, « Untitled 4 », un large aplat orange se superpose à un autre, rose tandis que sur les bords de la feuille, deux formes noires cernent l’éclat des couleurs et sont comme des sentinelles. C’est émotionnel et prenant.

Intimate Strangers
Marc Van Cauwenbergh
Art Track Gallery
Gand

Paru en 2012 dans L’Echo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.