Deux duo

url-7Beau dialogue que nous offre la galerie Duqué & Pirson, qui présente le graveur Roby Comblain et le dessinateur Serge Goldwicht.

Roby Comblain, scénographe de formation, a ouvert un atelier de gravure en 1999. Le lino a sa préférence. Sur cette surface, il dessine en un geste impulsif, cherchant sans cesse à conserver la souplesse du mouvement. Ensuite, le trait est gravé dans le lino. Puis, ce support passé dans la presse, générant de grandes gravures vives, puissantes. Comme Roby Comblain aime se confronter encore et encore aux limites de la matière qu’il travaille, il chiffonne les feuilles et les repasse dans la presse. En résultent de grands agglomérats de papiers gravés et chiffonnés, dont la taille de géant n’a d’égale que la délicatesse du rendu. On pointe trois grands totems et une très belle « carte du monde » qui a perdu tous ses repères.

drawingness-Créateur de l’autopictographie, une technique qui déclenche le dessin spontané,
 Serge Goldwicht est plasticien. En 2001, sa démarche artistique le conduit vers le dessin spontané. C’est un chemin où l’on s’exprime en utilisant d’autres zones du cerveau que celles réservées à la pensée ou à l’écriture. Le dessin spontané est à l’origine de l’écriture née quatre millénaires avant notre ère. Ses grandes compositions exposées en conversation avec les gravures de Comblain sont nées de cette spontanéité bien entretenue. A la plume et à l’encre noire sur toile, des réseaux de formes abstraites, mystérieuses, déploient leurs évocations organiques. Leur flux expressif exprime avec force les pensées, fantasmes, angoisses et rêves les plus secrets de leur auteur. Etrange et fascinant.

Duographie
Serge Goldwicht & Roby Comblain
Galerie Duqué & Pirson
Bruxelles

Un autre duo intéressant est à découvrir à la galerie Artof. Le jeune photographe Fabien Gordon présente des paysages de montagnes enneigées. Etranges visions que celles-là. A y regarder de plus près, à scruter les grands formats saupoudrés de blancheur, on découvre, on comprend que le photographe nous leurre. En effet, il a photographié des petits détails de bâche ou de paille recouverts de neige. Les quelques ombres et aspérités donnent l’illusion d’une haute montagne. C’est l’œil du photographe qui transforme ce tout petit champ de réalité en la vision poétique d’une montagne imaginaire et rêvée.

url-8Pierre Rulens, sculpteur né en 1958 à Bruxelles, travaille le bronze et le plâtre. On connaît ses belles sphères mêlant silhouettes de personnages et étoiles, accrochées sur quelques façades. Aujourd’hui il propose trois plâtres sinueux dont la blancheur converse avec beaucoup de grâce et d’élégance avec les photos de Fabien Gordon. Ses sculptures évoquent un sentiment d’éternité, un moment d’attention extrême…

Voyage en Synesthésie
Fabien Gordon & Pierre Rulens
Galerie Artof
Bruxelles

Paru dans L’Echo en 2011

A propos de l'auteur

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef et journaliste
"On écrit bien sur ce qu’on aime. J’aime admirer des œuvres. Chaque artiste ouvre sur notre humanité, notre universalité. Cela me touche à chaque fois. Plus j'en découvre, plus mon appétit pour l’art augmente et mon oeil s'exerce ... Plus je ressens l'art, plus je comprends l’humain."
Muriel de Crayencour est journaliste et plasticienne. Elle a rédigé des chroniques, critiques et reportages sur les arts visuels durant 5 ans dans L'Echo. Elle est journaliste culture pour M... Belgique Elle a créé le magazine Mu in the City en janvier 2014.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.