Attention, étincelles

Claude Blondeel est chroniqueur, écrivain et critique d’art. Depuis 30 ans il tient une chronique culturelle sur Radio Klara. Connu pour son ton enthousiaste et son goût pour l’éclectisme, il fallait qu’il termine sa carrière sur un joli coup. Ce n’est rien moins que son musée imaginaire qu’il a rêvé de présenter à la Centrale Electrique.

photo5Voici donc les 100 oeuvres d’art belge préférées de Claude Blondeel. Joyeux bazar et fameux éclectisme pour cette sélection tout à fait réjouissante, sorte de condensé de culture du vingtième siècle, mixé avec un ton “sans fioritures” bien belge. C’est 100 ans d’art belge qu’il scanne et sélectionne. Dès l’entrée un saxophone cotoye un feuillet manuscrit de Jacques Brel ou une oeuvre immense de Patrick Van Caeckenberg. On est touché par le ton joyeux et l’audace des choix. Arts plastiques, musiques, vidéo, bande-dessinée, architecture, mode et littérature ou lieux cultes comme l’Archiduc se mêlent sans complexe. Tous les touristes de passage à Bruxelles devraient faire un passage obligé ici! Ils pourraient y percevoir la joyeuse créativité qui prévaut dans notre pays. Chez les anciens, il y a bien évidemment, Ensor, Spilliaert, Magritte, Rik Wouters, Rops… Permeke, Servranckx. Chez les bdéistes, Franquin, Geluck et la Marque Jaune. En littérature, Hugo Claus et Maeterlinck…

Chez les artistes contemporains, que des talents confirmés: Anne Veronica Janssens, Wim Delvoye, Joëlle Tuerlinckx, Anne-Mie Van Kerckhoven, Jacques Charlier, Francis Alÿs… Fameux boulot aussi, pour trouver toutes les oeuvres et convaincre les collectionneurs privés de prêter leur pièce, qu’ont réalisé là Carine Fol, directrice artistique de la Centrale et Joan Vandenberghe, attaché à la direction artistique.

Pour ajouter un peu de bazar à ce Baz(a)ar, le soir du vernissage, l’artiste et performeur Laurent d’Ursel, accompagné de son comparse Xavier Löwenthael, a remplacé la photo “L’Ambitieuse” de Léo Dohmen par une oeuvre à lui, poursuivant ainsi sa marche-performance appelée “d’Ursel in Venice 2015” et sensée le rendre incontournable au moment de la sélection d’un artiste francophone pour Venise 2015. Pour cette performance-ci, l’idée était d’introduite le buzz dans l’art contemporain. C’est réussi, puisque le film de la performance a été posté sur Youtube et que la presse a rendu compte de l’affaire avec enthousiasme. Tant il est vrai que d’Ursel a l’enthousiasme communicatif. Personne ne sait si Claude Blondeel a apprécié l’aventure, lui qui présente l’Entartreur dans sa sélection. Vous avez dit belge?

Baz(a)ar Belg(i)e
Centrale for contemporary art
Bruxelles

Paru en juillet 2013 dans L’Echo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.